ActualitéBourseBusinessInvestissementsMarketing & CommunicationStartupTech

IPO de Snap: une valorisation de 24 milliards aussi éphémère que ses messages?

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici
  • A l’occasion de son entrée en Bourse, Snap a réussi à lever 3,4 milliards de dollars.
     
  • La maison-mère de Snapchat a fixé son prix d’introduction à 17 dollars par action pour atteindre une valorisation de 24 milliards de dollars.
     
  • Snap émettra des actions sans aucun droit de vote.
     
  • L’an passé, Snap a ainsi enregistré 404,5 millions de dollars de revenus.
     
  • En 2016, le groupe américain a concédé une perte nette de 514,6 millions de dollars.

 

C’est le grand jour pour Snap. La maison-mère de l’application de messagerie éphémère Snapchat entre ce jeudi 2 mars au New York Stock Exchange. A l’occasion de son IPO, Snap a réussi à lever 3,4 milliards de dollars (3,22 milliards d’euros).

L’entreprise fondée par Bobby Murphy et Evan Spiegel a fixé son prix d’introduction à 17 dollars par action pour atteindre une valorisation de 24 milliards de dollars (22,8 milliards d’euros), en-dessous des attentes de la société américaine qui espérait fin 2016 être valorisée dans une fourchette comprise entre 25 milliards et 35 milliards de dollars. A titre de comparaison, le géant chinois du commerce en ligne Alibaba était valorisé 168 milliards de dollars lors de son IPO en septembre 2014. Cependant, c’est la première fois qu’une telle valorisation est atteinte pour une société générant un chiffre d’affaires aussi faible. 

L’an passé, Snap a ainsi enregistré 404,5 millions de dollars de revenus, contre 58,7 millions de dollars en 2015. Pour 2017, le cabinet eMarketer estime que le chiffre d’affaires de l’entreprise californienne avoisinera le milliard de dollars. Depuis sa création en 2011, Snap n’a toujours pas dégagé le moindre bénéfice. En 2016, le groupe américain a concédé une perte nette de 514,6 millions de dollars.

Les nouveaux actionnaires privés de droit de vote

Outre son ratio valorisation/chiffre d’affaires qui détonne au moment de son IPO, Snap se distingue également en émettant des actions sans aucun droit de vote. Autrement dit, les nouveaux actionnaires de la maison-mère de Snapchat ne pourront pas peser dans la gestion de l’entreprise. En agissant ainsi, l’objectif des fondateurs de Snapchat, Bobby Murphy et Evan Spiegel, est de garder le contrôle total de leur société. 

Pour cela, Snap a découpé son offre d’actions en trois catégories. Les actions de classe A sans aucun droit de vote seront accessibles aux investisseurs, tandis que les actions de classe B, qui comprennent un droit de vote par titre, seront seulement réservées aux fondateurs et investisseurs historiques. Quant aux actions de classe C, elles seront l’apanage des fondateurs, avec dix droits de vote.

Snapchat menacée par Instagram

En effectuant son entrée en Bourse, Snapchat espère se mettre à l’abri d’Instagram, qui a lancé l’outil communautaire «Stories» en août 2016. Ce dernier a conquis 150 millions d’utilisateurs depuis son lancement. De son côté, Snapchat revendique 158 millions d’utilisateurs quotidiens, en progression de 48% en 2016. La concurrence d'Instagram, le manque de rentabilité et l'absence de droit de vote pour les nouveaux actionnaires inquiètent les observateurs. «Méfiez-vous de l’IPO de Snap : nous craignons que sa valeur puisse disparaître aussi rapidement que ses messages», prévient Don Dion, président de Dion Money Management, sur le site américain Seeking Alpha.

Pour garantir sa pérennité, la société américaine a lancé une diversification de son activité sous l’entité Snap pour proposer de nouveaux produits. L’entreprise s’est ainsi positionnée sur le segment du hardware, en dévoilant en septembre dernier les lunettes connectées «Spectacles», équipées de caméras miniatures intégrées.

Lire aussi :

Bouton retour en haut de la page
IPO de Snap: une valorisation de 24 milliards aussi éphémère que ses messages?
[Seed] La PropTech Buildrz réalise une première levée de fonds de 3,8 millions d’euros
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media