ActualitéData RoomEuropeFinTechHR TechLes ExpertsObjets connectésTech

Jérôme Da Rugna (ESILV): «Le secteur de l’assurance bénéficiera le plus de l’effet positif du Big Data»

L'ESILV, (École supérieure d'ingénieurs Léonard-de-Vinci) est une école d'ingénieurs basée à la Défense. Fondée en 1995, l'école forme ses étudiants aux technologies numériques combinées dans ses cursus à quatre spécialisations : informatique, mécanique, finance et énergie. Elle fait partie du groupe Léonard de Vinci qui totalise 3 500 étudiants entre ses diverses écoles L’EMLV (école de management de Léonard de Vincin), L’IIM (Institut de l'Internet et des Multimédia) et la DevSchool. 

 

Frenchweb: Quels sont les secteurs les plus en demande de compétences technologiques?

Jérôme Da Rugna, directeur de la formation de l'ESILV: Les métiers de l’assurance et de l’actuariat sont en train de vivre une véritable révolution. La transformation digitale, les objets connectés et bien-sûr le Big Data challengent d’une manière forte les entreprises du secteur : la recherche de nouveau profils «Numérique & actuariat» est au cœur des enjeux. L’actuaire doit intégrer dès aujourd’hui dans son calcul de risques et de tarifs des données de plus en plus massives, variées. Ces données sont souvent non structurées et très difficiles à traiter : celles recueillies en masse par le biais d’objets connectés en sont un parfait exemple.

A tous les niveaux de l’assureur : relation client, tarification, innovation et création de nouveaux produits les data-scientists de l’assurance devront être capables de créer de la valeur en personnalisant les offres, tout en maintenant le pilier historique et intrinsèque du métier d’assureur qu’est la mutualisation.

Quelles sont les compétences nécessaires pour ces nouveaux besoins?

Ces nouveaux métiers reposent sur deux socles de compétences : les fondamentaux de l’assurance et de l’actuariat et l’expertise Big Data. Il est en effet primordial de maîtriser la typologie et la modalisation de l’ensemble des risques actuariels tout autant que les enjeux sociétaux, économiques ou réglementaires – la fameuse réforme Solvabilité 2-  des sociétés d’assurance. L’autre facette de ces futurs experts porte sur l’expertise Big Data tant sur l’aspect scientifique que technologique. Plus qu’un statisticien, c’est l’expertise en machine learning, dataviz, NoSql, Hadoop, ou Python qui sera recherchée.

Vers quels employeurs orientez-vous vos étudiants?

Au niveau de l’emploi, le secteur de l’assurance est l’un des secteurs qui bénéficiera le plus de l’effet positif du Big Data. La France et l’Europe possèdent les plus grandes sociétés d’assurance au monde et tout leur écosystème sera aussi positivement impacté. Les employeurs seront donc, en premier lieu, les sociétés d’assurance mais aussi l’ensemble des sociétés de conseils et de services du secteur de l’assurance. Sans oublier les ESN — Entreprise de services du Numérique – que l’on retrouve systématiquement au cœur de chaque projet technologique dans les compagnies d’assurance.

Quel est le salaire auquel ces ingénieurs peuvent prétendre à la sortie de leurs études?

Les cabinets de recrutements estiment que le salaire d'un débutant varie entre 45 000 euros et 60 000 euros bruts pouvant atteindre 90 000 euros bruts pour un profil expert.

Quelles sont leur perspectives d’évolution dans ces métiers?

Le débutant pourra très rapidement valoriser en termes de responsabilités et de salaires l’expertise de son métier. Proche du marketing, ces nouveaux métiers mèneront aussi à des métiers plus proches de l’innovation et de la création de nouveaux produits. Sans oublier qu’aujourd’hui, le «mercato» des data-scientists ne ferme jamais ! Ce que son entreprise n’offre pas, le salarié à tout loisir d’aller l’obtenir chez le concurrent.  

[tabs] [tab title= « A propos »]

Jérôme Da Rugna est directeur de la formation de l'ESILV (Ecole Supérieure d'Ingénieurs Léonard de Vinci), responsable du MS Assurance, Actuariat et Big Data.

[/tab] [/tabs]

[tabs]

 

[tab title= « La Semaine de l’Emploi: »]

Frenchweb se mobilise et organise la cinquième semaine de l’emploi dans le numérique (#SEN5) toute la semaine (portraits, interviews, offres d’emploi, tables rondes…). L’opération #SENFW, destinée à valoriser les opportunités d’emploi dans ce secteur, a lieu tous les 6 mois.

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

SEN 650*200 1

Credit photo: LetItBe pour l'ESILV

Tags
Plus d'infos

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.

Sur le même sujet

Share This