ActualitéLes levées de fondsTransport

Kelbillet s’étend à l’Europe: « nous redirigeons 1 million de visiteurs chaque mois sur les sites de booking »

C’est l’histoire d’un changement de destination. Lancée en 2009 sur le modèle d’une marketplace de revente de billets de train d’occasion, Kelbillet a pris quelques années plus tard le virage d’un moteur de recherche multitransport dont la promesse est de dénicher le meilleur trajet, au meilleur prix, parmi une multitude de transporteurs disponibles. « Il y avait un écart important entre l’offre et la demande de billets d’occasion : en 2009, pour 1 billet déposé, il y avait 30 demandes. Clairement, beaucoup d’internautes étaient à la recherche de petits prix. Pour répondre à cette demande non adressée, nous avons donc développé ce moteur qui aujourd’hui fait notre succès » explique à Frenchweb Yann Raoul, le fondateur.

Une nouvelle marque européenne : Gopili

Mais si la start-up rennaise est d’abord restée encrée au niveau national, voilà qu’elle rêve désormais de prendre le large. Kelbillet a lancé hier une version britannique de son service, et des variantes allemande, italienne et espagnole devraient lui emboîter le pas dans les prochains mois. Au final, cinq pays européens seront couverts. « En France, le marché de la réservation en ligne pour les seuls billets de train est de 4 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Si l’on extrapole à l’Europe, le marché se chiffre à plusieurs dizaines de milliards d’euros, tous modes de transport confondus » estime M. Raoul.

Côté marketing, si « Kelbillet » est compris des francophones, le nom était mal adapté pour les autres pays européens. Résultat, les lancements à l’international se font sous une nouvelle marque : Gopili. La société devra cependant affronter la concurrence directe ou indirecte de nombreux acteurs, parfois sur des modèles différents.

Pour financer ce développement, Kelbillet vient d’obtenir un financement de 2 millions d’euros auprès de Bpifrance et CIC Entreprises. « Cela s’est fait rapidement, en moins de six mois, car nous avons des fonds propres qui ont permis de rassurer les banques ». Six ans après son lancement, Kelbillet revendique 3 millions de visiteurs par mois, dont 2 millions de visiteurs uniques, pour 500 compagnies de transports référencées, dont beaucoup de nouvelles compagnies de bus.

1 million d’internautes redirigés

Pour se rémunérer, la plate-forme ne prélève aucune commission sur les ventes, mais facture pour chaque clic généré. « Nous redirigeons plus de 1 million de visiteurs chaque mois sur les sites de booking, avec taux de transformation chez nos clients qui montent jusqu’à 20% » assure M. Raoul.

Le marché des transporteurs continue de se développer avec l’arrivée de nouveaux acteurs – comme Blablacar – ou les transporteurs plus classiques. « Aussi, nous sommes dans une phase où le gouvernement favorise l’arrivée de nouveaux opérateurs de transports, notamment en bus. Nous voulons aider ces nouveaux acteurs à se faire connaître avec notre solution, d’autant plus qu’ils complètent notre offre ». Un covoiturage plus rapide.

Crédit photo: Kelbillet.
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This