A la uneActualitéEuropeTransport

Avec l’Américain Via, Keolis et LeCab veulent casser les prix sur les trajets partagés

Les acteurs historiques du transport urbain n'ont pas dit leur dernier mot face à Uber. Keolis, filiale à 70% de la SNCF, a annoncé avoir pris des participations dans la start-up américano-israëlienne Via afin de proposer, en partenariat avec le VTC LeCab (dans lequel Keolis est devenu majoritaire en mars 2016), une nouvelle offre de transport public. Déjà lancée dans trois villes américaines, la start-up qui a levé 100 millions de dollars en 2016, choisit l'alliance avec l'opérateur pour s'implanter sur le marché français. 

Concrètement, le citadin commande son chauffeur depuis l'application LeCab et l'offre «Plus» (avec Via). Le client doit ensuite le rejoindre à un point de rendez-vous à proximité et retrouver d'autres passagers. Cette offre se veut «complémentaire des transports en commun, moins cher que les VTC ou taxis», indiquent les trois sociétés dans un communiqué. Keolis et LeCab vont proposer ce service à un prix fixe de 5 euros «aux heures de pointe (de 7h à 21h)». De quoi bousculer l'offre «UberPool» qui permet de partager un VTC en ville dans des zones de trajets similaires.

La riposte à UberPool

De fait, depuis deux ans, le spécialiste des transports publics organise sa riposte aux nouveaux acteurs de la mobilité dans le covoiturage, tel BlaBlaCar, mais aussi sur la location de voitures entre particuliers (OuiCar). Avec l'offre Via, Keolis et LeCab veulent surtout barrer la route à Uber, leader en milieu urbain. «L'algorithme de Via créé en temps réel des routes virtuelles en fonction d'analyses prédicitives qui anticipe la demande future», promettent-elles.

Pour diversifier son modèle et répondre aux nouveaux besoins, Keolis a prévu d'investir 30 millions d'euros jusqu'en 2018 dans les nouvelles solutions de mobilité. Keolis a ainsi investi dans la start-up israëlienne Moovit, le «Waze pour les transports publics». En 2016, il a aussi pris une participation dans OnePark, une solution qui aide l'automobiliste à trouver une place de parking.

Créée en 2012 par Daniel Ramot et Oren Shoval, Via a levé 130 millions de dollars depuis son lancement et opère pour l'heure à New York, Chicago et Wahshington. Présent dans 16 pays, Keolis qui emploie 60 000 employés, compte bien emmener Via sur de nouveaux marchés.

Lire aussi: Le Débrief de la semaine, avec Laurent Kocher (Keolis) et Yann Gabay (Connit)

Le transporteur public Keolis fait les yeux doux aux développeurs

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Avec l’Américain Via, Keolis et LeCab veulent casser les prix sur les trajets partagés
Syntec Numérique
Syntec Numérique et TECH IN France fusionnent pour devenir l’organisation de référence de la Tech
[Evénement Virtuel] Les Nouveaux enjeux de la Digital Workplace & du Travail Hybride
Cédric O nous dévoile la seconde édition du French Tech Community Fund
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
IA: Accenture fait concourir son voilier sans pilote au Vendée Globe virtuel
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD