ActualitéTech

Kireego, interface promotionnelle pour commerçants indépendants

Finaliste du Startup London Web Summit, Kireego est une application permettant à une communauté de commerçants indépendants de gérer gratuitement leurs mix-promotionnels.

bandeau Kireego

Présentée comme un LinkedIn pour les commerçants, Kireego donne la possibilité à ces derniers de créer leurs systèmes de fidélisation (carte à points…) et leurs offres promotionnelles. Ils peuvent aussi partager entre eux des informations sur leurs clients ou proposer des promotions croisées.

Avec Kireego, les particuliers accumulent des points de fidélité en scannant les QR codes présents chez les commerçants et peuvent ensuite visualiser, via l’application, l’ensemble des promotions en cours. L’application ne se limite pas à une simple carte de fidélité virtuelle, mais permet aussi l’échange de points de fidélité entre clients des commerces partenaires.

Disponible en version bêta, l’application est ouverte actuellement à un nombre limité de commerçants indépendants qui peuvent s’inscrire directement et sans engagement sur le site www.kireego.com.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Nous sommes heureux d’annoncer que KIREEGO vient d’être sélectionnée comme finaliste des prochain « WebSummit Award » de Londres.
    websummit.net

Bouton retour en haut de la page
Kireego, interface promotionnelle pour commerçants indépendants
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse