ActualitéActualité Start Me UpEuropeStart Me UpStartup

La promo 7 de l’Accélérateur fait sa rentrée des classes

L’Accélérateur a lancé mercredi l’accompagnement de sa 7ème promotion. Sept projets ont été sélectionnés, ils vont de la réservation de bars au service de voiturier. Tous ont jusqu’à début juin pour se préparer à pitcher devant des investisseurs lors du prochain DemoDay qui aura lieu le 9 juin dans les locaux de Google France. Cette structure d’accompagnement est co-dirigée par Michel De Guilhermier, Juan Hernandez et Jonathan Lascar.

[tabs]

[tab title= »My Pop Corner »]

mypopcorner

My Pop Corner est une marketplace des espaces commerciaux éphémères. Elle a déjà levé 500 000 euros et cible ptincipalement les e-commerçants ayant besoin de mettre en avant leurs produits dans des boutiques physiques de manière ponctuelle. Un marché sur lequel d’autres acteurs comme PopUp Immo ou Popup Storz se positionnent également. Pour se distinguer, My Pop Corner se segmente sur la location d’une partie d’un magasin, un « corner », dans le cas où un commerçant aurait des espaces en trop. En savoir plus

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »You Schould »]

youshould

You Should est une application qui permet à un particulier de réserver la location d’un bar. Le service a été lancé en novembre dernier. L’application a déjà été téléchargée environ 11 000 fois d’après les porteurs du projet. La start-up se rémunère en faisant payer se service aux bars: 1 à 2 euros par personne invitée et présente à la soirée. La stratégie marketing reste à développer, pour l’instant, elle se résume à de la publicité via Facebook et via l’achat de mots-clés sur Google.

YouShould se positionne face à des acteurs comme Les Barrés, Privateaser ou Ruub.  En savoir plus 

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »Studizen »]

studizen

Studizen est une plate-forme sur laquelle les étudiants peuvent s’acheter et se vendre leurs notes prises en cours. Elle exploite une relation déjà existante entre étudiants, bien que le fait de payer pour se passer des cours ne soit pas forcément gagné d’avance ! D’autant que la qualité des contenus n’est pas validé par l’éditeur du site. Studizen s’inspire d’un modèle existant aux Etats Unis et entend bien toucher le marché des 2,4 millions d’étudiants que compte l’Hexagone. La plate-forme sera officiellement lancée lundi 23 mars. Les fondateurs se donnent pour objectif d’atteindre les 50 000 utilisateurs d’ici la fin 2015. Ils comptent prélever une commission de 25% sur les transactions (de 1 à 5 euros le plus souvent) pour se rémunérer.

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »Smart park »]

zen park

Smartpark est un service de voiturier et de parking dans les aéroports. Le concept: réserver en ligne un voiturier qui vient récupérer votre voiture à l’arrivée à l’aéroport, se charge d’aller la garer dans un parking (loué par la start-up) puis de la ramener au moment du retour des voyageurs. Le service pour une semaine coûte par exemple 79,90 euros, mais varie en fonction des options choisies (lavage de la voiture, stationnement en intérieur…).

En comparaison aux emplacements de parking les plus proches des portes de sortie des aéroports, le service Smart Park coûte 65% moins cher, avancent les trois cofondateurs. Le service a été lancé en octobre 2013 et environ 15 000 jours de stationnement ont déjà été facturés. Il n’est pour l’instant disponible qu’en région parisienne, à Orly et Roissy.

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »Zelty »]

zelty

Zelty est une application de gestion des prises de commande à destination des restaurants. Le modèle économique est basé sur un abonnement mensuel de 80 euros payé par le restaurateur. Pour l’instant, le jeune start-up compte quelques dizaines de clients et a enregistré quelques milliers d’euros de chiffre d’affaires. D’autres applicatio du même type existe. Zelty dit vouloir se différencier de la concurrence en étant disponible sur différents terminaux mobiles, et non uniquement sur tablette. Les données recueillies au sujet des consommateurs via l’application peuvent éventuellement être exploitées par les établissement à des fins de marketing web ciblé.

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »Deaz »]

deaz

Cette application permet aux commerçants de proximité de pusher des offres éphémères et attractives (minimum -50%) par surprise auprès de la communauté de consommateur l’ayant téléchargée. Le but: générer du trafic en magasin. Pour l’instant, la start-up compte 250 enseignes partenaires. Depuis la lancement en novembre 2014, Deaz a été téléchargée environ un millier de fois. Objectif pour l’équipe de ce projet: atteindre les 50 000 téléchargements d’ici la fin de l’année 2015.

D’autres acteurs comme Plyce, RetailMeNot, Shopkick ou Shopmium fournissent le même type de service. En savoir plus

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »AskAnna »]

askanna

AskAnna est une application qui permet de recevoir instantanément des avis sur une tenue vestimentaire. Le but est de rapprocher l’utilisateur des influenceurs (bloggueurs en tête).

Pour cela, il doit prendre photo, la partager avec un groupe d’amis et d’influenceurs mode. L’application fonctionne ensuite sur le modèle du sweeping (popularisé par Tinder) et laisse la possibilité de faire des commentaires. Objectif: atteindre les 3 millions d’utilisateurs a travers l’Europe d’ici 3ans. Le service est commercialisé auprès des marques: elles obtiennent ainsi des informations sur leurs clients, peuvent tester un produit avant d’en lancer la production en séries. Un modèle économique B to C est également envisagé avec la demande d’avis payante auprès d’influenceurs connus.

Question: Comment garder des avis impartiaux et non payés par les marques (qui pourraient choisir de payer les influenceurs pour qu’ils les favorisent dans leurs avis? C’est l’un des défis auquel sera probablement confronté cette jeune pousse.

[/tab]

[/tabs]

  • Frenchweb Day Commerce le 17 juin prochain
Avez-vous dépensé plus de 1600 euros d’achats en ligne l’année dernière ? Si oui, vous êtes au-delà de la moyenne des acheteurs, et c’est donc que vous avez succombé aux stratagèmes méconnus des e-commerçants. Le e-commerce français pèse 57 milliards d’euros, répartis sur plus de 150 000 sites* et sur les mobiles, les véritables témoins des usages de demain. (*Fevad, 2014)
Tous auront l’occasion d’illustrer cette nouvelle ère, à l’occasion du  Frenchweb Day Commerce, le rendez-vous des acteurs de l'eCommerce.

Pour participer à ces rencontres ;

Bouton2

© photos: Frenchweb, tous droits réservés

 

Tags

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

4 thoughts on “La promo 7 de l’Accélérateur fait sa rentrée des classes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This