ComEuropeHR Tech

Travailler à l’international ? TechMeAbroad recense les entreprises qui sponsorisent des visas

[tabs]

[tab title= »A propos »]

Julien Barbier (@julienbarbier42) est directeur du marketing chez Docker. Il a par ailleurs fondé while42, un réseau social pour les ingénieurs tech français travaillant en France et à l’international. Il lance désormais, en partenariat avec l’Ecole 42, le site TechMeAbroad, une plate-forme de mise en relation entre les candidats souhaitant travailler à l’international, et les start-up et les entreprises Tech du monde entier qui sponsorisent des visas pour leurs offres d’emploi.

TakeMeAbroad: Twitter, Facebook, et LinkedIn.

[/tab]

[/tabs]

Frenchweb: Comment vous est venue l’idée de TechMeAbroad ?

Julien Barbier: Je pense que la graine fut plantée lorsque je suis sorti d’Epitech. Mon rêve était d’aller travailler dans la Silicon Valley. Mais je n’avais aucun contact, et aucun site d’emploi en France ne référence d’offres pour partir travailler aux Etats-Unis. J’avais envoyé des dizaines d’e-mails à des start-up, ou géants américains du web. Sans aucune réponse. C’était il y a presque 10 ans.

Depuis, j’ai eu la chance de monter plusieurs entreprises, d’abord en France, puis à Miami, en Floride. Lorsque j’ai revendu ma dernière société, mon rêve était toujours présent. J’ai alors quitté la Floride pour aller aider mon ami d’Epitech, Solomon Hykes, à développer sa startup là-bas.

Lorsque je suis arrivé à San Francisco, fin 2012, nous avons créé while42 (un réseau d’anciens ingénieurs français ayant travaillé à l’international, ndlr) avec Sylvain Kalache. Depuis, while42 a énormément grossi, et nous sommes aujourd’hui plus de 2 000 membres dans 35 villes dans le monde. Sylvain et moi, et beaucoup d’autres d’ailleurs, aidons énormément l’écosystème start-up français. Depuis San Francisco, nous aidons les écoles d’informatique, les incubateurs, les entrepreneurs, mais aussi, et surtout, les développeurs, devops et sys-admins. Nous avons alors commencé à recevoir plusieurs demandes d’étudiants et de développeurs en poste à Paris pour venir travailler aux Etats-Unis. Au début, nous gérions tout « manuellement »: nous faisions des introductions personnellement et chacun y trouvait son compte:
 les start-up américaines étaient ravies de pouvoir recruter des développeurs de talents
, et les développeurs étaient contents de pouvoir venir travailler dans la Silicon Valley, sur des projets extraordinaires, et surtout dans des entreprises qui reconnaissent leur valeur.

Le réseau grossissant, nous avons reçu de plus en plus de requêtes, à la fois de développeurs, mais aussi de start-up prêtes à sponsoriser un visa pour ces talents français. J’ai alors créé un blog pour aider la mise en relation start up US et devs français, car je ne pouvais plus le faire manuellement. Cela faisait maintenant un an qu’il existait. Mais maintenant, le blog lui-même me demandait trop de temps (ajouter les offres, les mettre à jour, les enlever quand elles étaient pourvues, etc…). De plus, les demandes n’émanent plus seulement de talents qui veulent venir aux Etats-Unis ou d’entreprises américaines qui veulent recruter des talents français. Aujourd’hui, je reçois des offres de poste dans le monde entier et les développeurs regardent en ce moment (si j’en crois mes demandes) vers l’Asie.

C’est pourquoi j’ai décidé de lancer TechMeAbroad. Le site permettra aux start-up du monde entier de poster elles même leurs offres qui sponsorisent des visas. Et les offres bénéficieront a tous les développeurs (et autres profils que recherchent les boites Tech). Le but de TechMeAbroad est de mettre en relation les start-up et les talents auxquels elles n’auraient normalement pas pu avoir accès. Ce sera le premier vrai site d’offres d’emploi spécialiste n’offrant que des offres sponsorisant des visas. C’est le site que je rêvais de trouver il y a 10 ans à la sortie d’Epitech, et j’espère de cette manière aider tous les membres de while42, tous les futurs jeunes diplômés et plus généralement tous les profils Tech à réaliser leur rêve.

Beaucoup rêvent de la Silicon Valley. Que faut-il savoir avant de se lancer ?

Il faut savoir trois choses pour bien comprendre le besoin:

  • 1- Il est extrêmement dur de trouver des talents dans la Silicon Valley. Toutes les boîtes s’arrachent les meilleurs développeurs. Et il n’y a pas assez de développeurs dans la Silicon Valley. Du coup, énormément de start-up et de grosses entreprises IT sponsorisent des visas pour faire venir davantage de talents dans leur société ;
  • 2 – Les développeurs français sont très réputés et considérés comme faisant partie des meilleurs développeurs du monde
 ;
  • 3- S’il est dur de trouver des talents, il est encore plus dur de les garder. En moyenne, un développeur français restera plus longtemps dans une société qu’un Américain.

 

Quelles sont les problématiques rencontrées par les personnes souhaitant travailler à l’international dans le secteur Tech ?

Les problématiques sont différentes selon le pays et l’école que vous avez faite. Mais pour tout le monde, le premier problème est de trouver une entreprise qui puisse sponsoriser votre visa. Sans celui-ci, vous pouvez être le meilleur développeur du monde, vous ne pourrez pas partir travailler dans la Silicon Valley. Pourtant, il existe plein de start-up qui sponsorisent des visas. Et elles ont énormément de mal a trouver des talents, et les talents ont énormément de mal à les trouver, car il n’existe aucun site pour les mettre en relation. C’est ce problème que nous allons résoudre avec TechMeAbroad.

Concrètement, comment TechMeAbroad apporte une réponse à ces problématiques ?

TechMeAbroad va mettre en relation les talents avec les start-up et les entreprises Tech du monde entier qui sont prêtes à sponsoriser des visas pour leurs offres d’emploi. Dans un premier temps, nous allons sortir un MVP (minimum viable product) qui ne fera que lister les offres d’emploi d’entreprises Tech qui sponsorisent des visas. De cette manière, les développeurs et autres profils Tech auront déjà un endroit où rechercher des offres pour partir travailler à l’étranger.

A partir de là, nous avons prévu énormément de nouvelles fonctionnalités pour aider à la fois les talents et les start-up. Je sais par expérience que les premières offres que nous allons publier vont être prises d’assaut et qu’elles seront pourvues très rapidement. Préparez vos valises, nous sortons dans quelques semaines !

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This