ActualitéDistributionStartup du jourTransport

La start-up du jour: Globshop, la livraison internationale P2P entre voyageurs

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Globshop, une start-up fondée par Nikolas Jenan et Damien Brochot en novembre 2013. Le concept : réduire les coûts de livraison en sollicitant une communauté de voyageurs plutôt que les transporteurs traditionnels. Plus de détails avec Nikolas Jenan.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

globshop-Nikolas Jenan-Damien-Brochot
Nikolas Jenan et Damien Brochot, les deux fondateurs de Globshop. Crédit: Globshop.

Nikolas Jenan : L’idée du projet est née alors que j’étais étudiant au sein du master spécialisé Innover et Entreprendre de l’ESCP. Nous avions un module de cours dont l’objectif était de trouver des idées innovantes (oui oui ça existe !) : les instructions étaient de se focaliser sur une frustration de notre vie quotidienne et de trouver un moyen d’y répondre. C’est une méthode assez simple, mais très efficace !

Il se trouve que j’avais discuté la veille avec mon colocataire qui venait de rentrer de six mois d’échange universitaire à Melbourne et qui me disait que certains produits qu’il consommait en Australie lui manquaient terriblement car ils étaient introuvables à Paris. J’étais déjà très porté sur les nouveaux modèles de la consommation collaborative, le concept m’a donc sauté aux yeux comme une évidence.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Nous répondons au besoin qui est celui de mon colocataire, et de beaucoup d’autres personnes : pouvoir acheter des produits étrangers, même s’ils ne sont commercialisés qu’à l’autre bout du monde, sans avoir à payer des fortunes dans des frais de livraison à l’international. Qu’il s’agisse de produits alimentaires, de vêtements de marques locales ou encore de matériel hi-tech moins cher à l’étranger, Globshop.com permet à ses utilisateurs de faire leur shopping à l’étranger.

Pour cela nous nous appuyons sur un modèle collaboratif : nous mettons en relation les personnes qui souhaitent se procurer les produits avec des voyageurs qui acceptent de leur rapporter en échange d’une récompense financière qui leur permet de réduire leur frais de voyage.

Très simplement, quel est votre modèle économique ?

Notre modèle économique est tout ce qu’il y a de plus classique : nous prélevons une commission sur les commandes des acheteurs. Concrètement, une fois que nous avons trouvé un voyageur pour vous rapporter votre commande, vous payez directement sur globshop.com : le prix d’achat du produit dans son pays d’origine , la récompense du voyageur et les frais de service prélevés par Globshop.

En moyenne, ces frais de service s’élèvent à 8% du montant total. Ils permettent notamment de couvrir les frais de transactions bancaires et d’assurer la sécurité de la transaction. Les voyageurs quant à eux, gagnent entre 10 et 40 euros pour chaque commande rapportée.

Un exemple pour vous donner une idée : si vous commandez une paire de bottes UGG en Australie, elles vous reviendront à un peu plus de 100 euros (récompense du voyageur et frais de services inclus), soit 60 euros de moins que si vous les achetiez en France.

Qui sont vos concurrents directs ou indirects ?

Le concept de la livraison collaborative commence à émerger dans plusieurs pays, même Walmart envisage de s’y mettre localement avec ses clients. Quelques start-ups commencent, comme nous, à promouvoir ce genre de modèle. Je peux vous citer Nimber par exemple, une startup norvégienne très prometteuse qui met en relation des personnes qui souhaitent envoyer des objets avec des personnes qui se déplacent.

Plus généralement, on peut considérer que nous sommes une alternative (plutôt que de véritables concurrents) aux systèmes de livraison classiques type Fedex ou UPS, au même titre que Blablacar est une alternative au voyage en train, ou Airbnb au séjour à l’hôtel.

Quels sont les aspects légaux et juridiques à respecter pour le transport de marchandises par des particuliers ?

Il y a certaines contraintes, bien sûr ! Et c’est pourquoi nous sommes très attentifs à la sécurité et à la confiance au sein de notre communauté d’utilisateurs, c’est même l’essence de la plate-forme.

D’un point de vue strictement légal, les autorités douanières de chaque pays fixent des limitations, voire des interdictions, sur les produits qu’un voyageur particulier est autorisé à transporter. Ces limitations dépendent des politiques d’échange des pays concernés et nous mettons tout en œuvre pour donner à nos voyageurs le maximum d’informations afin qu’ils puissent les respecter. Par exemple, au sein de l’UE, le transport de marchandises n’est pas limité en valeur (sauf pour certains produits comme le tabac, l’alcool, etc…), en revanche si vous entrez dans l’UE en provenance d’un pays non membre, la franchise douanière qui vous est accordée est de 430 euros.

La liste des franchises de chaque pays est d’ailleurs précisément détaillée dans le centre d’aide de notre V2, qui sera mise en ligne à la fin du mois de décembre.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

J’en ai reçu beaucoup ! L’un de ceux qui ce sont révélés les plus pertinents m’a été donné par l’un de mes professeurs de l’ESCP qui m’a dit qu’un bon entrepreneur doit connaître tous les aspects de son projet, et donc constamment « mettre les mains dans le cambouis », y compris dans les domaines sur lesquels il n’a a priori aucune expertise. Cela demande beaucoup de travail et de volonté, mais c’est fondamental !

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

J’ai beaucoup d’admiration pour Jeff Bezos. Même si je ne suis pas fan de sa stratégie d’écrasement de la concurrence par la réduction des coûts, je partage sa vision de l’entrepreneuriat comme une aventure pionnière qui mène à l’innovation plutôt qu’une simple conquête de marché.

[tabs]

[tab title= »Les données clés »]

Fondateurs: Nikolas Jenan et Damien Brochot

Investisseurs: fonds propres

Date de création: novembre 2013

Chiffres d’affaires: N.C.

Société basée à : Paris

[/tab]

[/tabs]

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This