ActualitéAsieBusinessTelecom

Le japonais KDDI investit plus de 700 millions d’euros dans Kabu

Avec l'AFP

L’opérateur de télécommunications japonais KDDI a annoncé mardi un investissement de 91,4 milliards de yens (730 millions d’euros) dans une société de courtage en ligne actuellement gérée par le groupe bancaire Mitsubishi UFJ Financial Group. KDDI, qui est entré il y a plusieurs années déjà dans le marché des services financiers en ligne, va prendre 49% de Kabu.com via une offre d’achat. Aux côtés d’autres actionnaires, Mitsubishi UFJ va y répondre en partie en réduisant sa part à 51% contre 59%.

Parallèlement, KDDI va aussi élever sa participation dans sa banque en ligne Jibun Ginko, de 50% à l’heure actuelle à 64%. KDDI entend de la sorte se positionner comme un important prestataire de services financiers via internet (il possède aussi un service d’assurance), une stratégie qui doit lui permettre de trouver de nouveaux axes de croissance et de fidéliser ses clients à ses offres de télécommunications fixes et mobiles.

Ses rivaux, NTT Docomo et SoftBank Group, ont aussi développé des services financiers, mais le premier est également très porté sur les contenus audiovisuels et le second a une vision beaucoup plus mondiale et plus large. SoftBank Group se présente désormais comme « une holding ayant des participations dans de multiples sociétés, plutôt que comme une entreprise ayant de multiples activités», selon les récents propos de son fondateur et patron, Masayoshi Son.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Le japonais KDDI investit plus de 700 millions d’euros dans Kabu
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Share via
Copy link