ActualitéComData RoomMedia

Les 3 dernières études à découvrir

[Entertainment & Médias] 79% des CEO pensent que les tablettes auront un réel impact sur leurs activités…. Quels inventaires publicitaires online bénéficient de plus de visibilité ?…. Dans quelle mesure Facebook et Twitter génèrent du trafic sur les sites d’actualité ?….

[Entertainment & Médias] Pour 79% des CEO, les tablettes auront un réel impact sur leurs activités

Le site emarketer, a repris ce matin une nouvelle étude du cabinet Ernst & Young portant sur les habitudes, à l’échelle mondiale, des CEO de l’entertainment et de l’industrie des médias. L’enquête analyse notamment les usages en matière de réseaux sociaux et d’outils mobiles.

Parmi les principales informations :

  • 84% des sondés utilisent les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs clients.
  • 69% les utilisent comme vecteurs d’audience.
  • 63% déclarent que les réseaux sociaux ont contribué à la construction de leur marque.
  • Pour 50%, les réseaux sociaux représentent une source de revenus.

Si l’étude montre donc que les médias sociaux ont un réel impact sur l’industrie de l’entertainment et des médias, les sondés estiment toutefois que ce sont les supports mobiles qui auront le plus d’effets sur leurs activités au cours des trois prochaines années.

  • 79% des CEO considèrent ainsi que les tablettes auront le plus d’impact.
  • Tandis que 62% pensent que les smartphones auront également une grand influence.
  • Les médias sociaux viennent en fin de la liste, avec seulement 44% des répondants qui estiment qu’ils seront susceptibles d’avoir un impact majeur sur l’industrie.

Dans quelle mesure Facebook et Twitter génèrent du trafic sur les sites d’actualité ?

La société bordelaise, At Internet vient de publier un nouveau baromètre. Partant du constat que Facebook et Twitter représentent une source de trafic incontestable pour les sites d’information, le cabinet d’étude s’est penché sur l’évolution de leurs parts de visites cet été. L’étude en ligne a donc été réalisée du 1er au 31 août dernier sur un périmètre de 19 sites web d’actualité français.

Les résultats de l’enquête indiquent que 2,8% des visites proviennent de Facebook et 0,9% de Twitter, toutes sources confondues. Pour établir une certaine comparaison, AT Internet précise que, sur ce même périmètre, la part de visites de Google est de 39,7% en moyenne pour un site d’actualité français, soit 14 fois plus que Facebook.

Si la part de Facebook reste trois fois supérieure à celle de Twitter, AT Internet souligne que la part de Facebook enregistre une baisse de 0,2 point par rapport au mois de juin dernier. Celle du site Twitter reste quant à elle stable sur la période étudiée.


Quels inventaires publicitaires online bénéficient de plus de visibilité ?


La société Adloox, spécialisée dans la vérification et l’optimisation de l’e-publicité, a publié les résultats de son premier baromètre sur la qualité et la visibilité des inventaires publicitaires online. Basée sur un échantillon de 5 milliards d’impressions au cours du 1er semestre 2012, l’étude passe en revue les risques de diffusions sur des sites mettant en péril l’image de la marque, les impressions bloquées par son firewall ou encore les différents degrés de visibilité.

Adloox indique ainsi que sur l’ensemble des impressions bloquées, 62% détiennent des contenus illégaux tandis que 35% détiennent des contenus pour adultes.

Par ailleurs, parmi les impressions publicitaires bloquées par le FireWall d’Adloox,

  • 0,3% proviennent en moyenne des publishers premium,
  • 4,2% des Ad Networks.
  • Et enfin, 7,9% des Ad Exchanges.

Sans surprise, au niveau visibilité, communiquer auprès d’éditeurs premiums semble rester un gage d’assurance  et permet d’obtenir d’une bonne visibilité et d’un temps d’exposition important.

  • En effet, sur les publishers premium, seuls 21% des inventaires display ne sont jamais visibles contre 41% sur les Ad exchanges.
  • 40% des inventaires display sont visibles au moins 10 secondes sur les publishers premium, contre seulement 28% sur les Ad exchanges.

Ce gap s’expliquerait notamment par le fait que sur les Ad exchanges, l’inventaire premium commence tout juste à être disponible (avec par exemple le récent lancement de La Place Media), il est donc plus difficile d’assurer une bonne exposition. La différence de performance serait toutefois compensée par des possibilités de ciblage et d’optimisation accrues.

Tags
atelier-platform

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This