ActualitéData RoomFoodTech

Les professionnels du vin souhaitent interpeller l’Icann

Les principales organisations françaises et européennes des professionnels du vin voient d’un oeil inquiet l’arrivée des extensions .vin ou. wine.

D’ici quelques jours, à côté des .fr, .com ou .org, plus d’un millier de nouveaux suffixes vont bourgeonner sur la toile. Parmi eux des .cisco, .basketball, .cloud, .photos, .madrid, .news, .hotel, .sanofi, .life.

Les professionnels du vin craignent, quant à eux, de voir apparaître des suffixes comme .vin ou. wine, qui « pourraient constituer une nouvelle brèche dans la protection des appellations d’origine », rapporte un article de LaDépêche.

Concrètement, « une adresse comme bordeaux.vin pourrait être vendue à une société ou à un individu n’ayant aucun lien avec les vins de Bordeaux », explique le quotidien régional. Une conséquence qui pourrait donc venir tromper les consommateurs et pénaliser les professionnels.

La Cnaoc (Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d’Origine Contrôlées) et l’Efow Fédération européenne des vins d’origine) ont donc demandé aux différents gouvernements concernés et à la Commission européenne d’interpeller l’Icann (The Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) afin d’obtenir certaines garanties en ce sens.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Bouton retour en haut de la page
Les professionnels du vin souhaitent interpeller l’Icann
Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies
[Serie D] 1 milliard de dollars de plus pour Checkout, la 3ème FinTech la mieux valorisée au monde