BusinessRetail & eCommerce

Little Fashion Gallery met la clé sous la porte, après 8 ans d’existence

Le concept semblait avoir fait ses preuves depuis le lancement du site il y a plus de 8 ans. Et pourtant, le 5 juin dernier, la société Little Fashion Gallery a été placée en liquidation judiciaire. « À partir du jugement qui prononce la liquidation judiciaire, l’entreprise, l’association ou la personne concernée doit cesser immédiatement son activité » explique le site de l’administration publiqueC’était l’un des premiers concept stores sur le web. Le site web a été mis hors ligne.

Marie Soudré-Richard, la fondatrice de Little Fashion Gallery, explique, dans un entretien avec LSA Conso, avoir souscrit à un crédit impôt collection (provenant du crédit impôt recherche). Celui-ci concerne « les dépenses relatives à l’élaboration de nouvelles collections des entreprises industrielles du secteur textile ». Ce crédit de 150 000 euros a été accordé mais non versé à ce jour. L’entreprise a tenté de réduire ses coûts et recapitalisé ses fonds propres. Mais « les découverts bancaires ne tenaient plus », explique-t-elle, lorsque les banques ont appris la situation.

La société s’inspire du concept de Net-A-Porter (concentré sur le segment de l’habillement de luxe) mais avec l’idée qu’il fallait proposer une solution « lifestyle » pour enfants (qui englobe différents types de produits sur une même thématique »), comme l’expliquait Marie-Soudré Richard à Frenchweb en janvier 2012. « Il fallait qu’on puisse rentrer dans l’univers des parents et dans l’univers des enfants à plusieurs niveaux ».

La société était dirigée par Marie Soudré-Richard, en tant que présidente du Directoire. Jaïna Capital, le fonds d’investissement de Marc Simoncini est sorti du capital en octobre 2013. Little Fashion Gallery faisait face depuis quelques mois à un effondrement de son panier moyen. Pour faire remonter la marge, elle avait lancé sa propre marque en février 2013. Ce retournement du modèle économique n’a pas suffit.

article mis à jour le 16 juin 2014

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. C’est dommage, c’était un bon concept.

    Cela démontre que le ecommerce n’est pas si facile, qu’il faut bien connaître le ROI de ses investissements marketing (quels produits génèrent des profits… même ceux qui ne se vendent pas mais qui amènent du trafic de qualité), prendre en compte les retours produits et les annulations de commandes… sinon le cash part en fumée très rapidement.

  2. un peu facile de blâmer le crédit impôt… c’est surtout de l’incompétence de se reposer dessus comme va tout

    1. L’incompétence, c’est votre post. Où est le blâme dont vous parlez sur le crédit impôt ? Où est-il dit qu’ils ne se sont reposés que là-dessus et n’ont rien tenté d’autre ? Il faut apprendre à lire…

Little Fashion Gallery met la clé sous la porte, après 8 ans d’existence
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link