ActualitéBusinessNew YorkStartupTech

[Made in New York] EasyMovie, NY Tech Meetup…

Par Mona Saidi, correspondante FrenchWeb

De la start-up EasyMovie à l’évènement NY Tech Meetup, tour d’horizon de l’écosystème digital new-yorkais avec Mona Saidi, correspondante FrenchWeb à New York.

La start-up du mois : EasyMovie

EasyMovie : le Salesforce de la vidéo d’entreprise

Nicolas Cazeneuve, fondateur de EasyMovie
Nicolas Cazeneuve, fondateur de EasyMovie

 

Fondée à Paris en 2013, EasyMovie ouvre ses bureaux new-yorkais en 2016 avec pour objectif de conquérir le marché américain de la vidéo industrialisée. Sa mission ?  Accompagner les entreprises dans leur transformation digitale en leur permettant de produire un grand volume de vidéo à bas coûts. Nous sommes allés à la rencontre du fondateur, Nicolas Cazeneuve, pour en apprendre plus sur cette startup qui croît à grande vitesse.

Mona Saidi, correspondante FrenchWebComment a été créé EasyMovie et quel est son concept ?

Nicolas Cazeneuve, fondateur de EasyMovie: Mon associé et moi avons tout d’abord créé VoxMedia, agence spécialisée en production de vidéo classique. Nous avons ensuite constaté qu’il y avait des besoins changeants au sein des entreprises. On se rend compte qu’aujourd’hui, dans le digital, il faut faire des contenus authentiques, bien ciblés et récurrents. Cette nouvelle tendance oblige nos clients à démultiplier la chaîne de leurs contenus. De là est née l’idée d’EasyMovie en 2013 : une plateforme de production vidéo qui permet aux entreprises de produire beaucoup de vidéos, très simplement, en donnant la parole à leurs employés.

Quelle est la proposition de valeur EasyMovie ?

Ce qui est original, c’est que nous avons quatre business au sein de notre business.

  1. Plateforme : nous proposons une plateforme SAAS qui permet de piloter la stratégie vidéo (gestion de projet, utilisateurs, workflows de validation, création des storyboard…).
  2. Application : l’application EasyMovie permet à nos clients de filmer leurs propres vidéos tout en bénéficiant de l’accompagnement que nous sommes capables de leur fournir en direct via des technologies de plus en plus poussées.
  3. Montage : nos clients peuvent soit nous envoyer les rush pour effectuer les montages en 48H soit utiliser l’application pour faire les montages eux mêmes de manière automatique. Nous sommes aujourd’hui en mesure d’automatiser une charte graphique vidéo pour nos clients.
  4. Consulting : notre équipe de consultants va chez le client et implémente la solution customisée pour les besoins de notre client. Les clients peuvent créer leurs propres templates et ajouter leurs workflows de validation, de sorte à répondre à leurs propres besoins et niveaux d’exigences.

Qu’est-ce qui différencie EasyMovie d’une agence de production vidéo classique ?

C’est notre capacité à produire à très grande échelle. Une agence de production va répondre à un besoin ponctuel. EasyMovie n’a pas vocation à remplacer les agences de production. Nous sommes là pour adresser un besoin qui ne l’était pas jusqu’à présent. Si demain une entreprise a besoin de faire 100 témoignages vidéos de ses clients, une centaine portraits-employés ou encore un grand volume de tutoriels-produits, aujourd’hui, nous sommes la seule boîte à pouvoir répondre à ce besoin.

Pourquoi avoir fait le choix de baser une partie de vos opérations en Tunisie ?

EasyMovie s’appuie sur un schéma de montage post-production basé en offshore. Nous avons fait ce choix pour des raisons pratiques, tout d’abord, car un de mes associés avait déjà des affaires là bas. Ensuite, le niveau de compétence et d’éducation est très bon et présente des passerelles très intéressantes avec la France. Enfin, les réductions de coûts sont très avantageuses pour notre modèle économique.

Quelle est votre stratégie de développement à l’international ?

Nous avons ouvert notre premier bureau américain à New York, puisque c’est la ville où on retrouve le plus de grandes entreprises et d’agences, même si l’on se rend compte que la taille du marché américain est plus grande et les entreprises plus éclatées qu’à Paris. Aux Etats-Unis, nous comptons ouvrir un bureau à San Francisco d’ici un an pour adresser un nouveau marché au potentiel intéressant, celui des plateformes SAAS. En Europe, nous voulons ouvrir entre 4 et 6 bureaux d’ici la fin de l’année 2019.

Avez-vous effectué des levées de fonds ?

Entre l’Equity et la Dette, nous avons levé un total de €1M depuis la création. Ce capital reste assez minuscule par rapport à notre taux de croissance (X3 chaque année). Nous pouvons nous permettre ça parce que, d’une part, nous étions supportés par une agence au départ et, d’autre part, notre modèle est structurellement profitable i.e. seule la croissance est à financer. Le but est de continuer de fonctionner sur nos fonds propres. Nous réfléchissons à la possibilité d’une levée de fonds importante en fin d’année 2018 / début 2019 mais sans que ce soit une finalité car nous voulons continuer d’avoir des options.

Quels sont vos plus gros enjeux ?

Le recrutement est un de nos principaux enjeux. Nous sommes passés d’une structure d’une quinzaine de personnes début 2017 à 50 aujourd’hui (Février 2018) et nous projetons d’être une centaine d’ici la fin de l’année. L’enjeu du recrutement est donc majeur pour nous, en particulier en ce qui concerne les profils techniques et commerciaux. La réussite de l’année passe par par une réussite en termes de recrutement.

L’évènement du mois : NY Tech Meetup

NY Tech Meetup : la French Tech a une longueur d’avance sur la Data et l’Intelligence Artificielle (AI)

Ce mois, NY tech Meetup s’est allié à la French Tech pour un évènement placé sous le thème de l’Intelligence Artificielle (AI). Quatre startups plaçant l’AI au centre de leur produit sont venus présenter leurs projets. La scène technologique française était bien représentée avec 3 fondateurs français sur 5. Ceci est symptomatique d’une tendance plus large : la France est désormais un hub pour tout ce qui est data et intelligence artificielle. Après Facebook qui a investi 10 millions d’Euros dans une équipe de chercheurs Français, c’est Google qui choisit l’Hexagone pour ouvrir un centre de recherche en Intelligence Artificielle.

Les organisateurs

NY Tech meetup  Organisé par la NY Tech Alliance, il s’agit du plus gros évènement meetup au monde. Une fois par mois, le NY Tech meetup ouvre la scène aux startups tech new-yorkaises pour leur permettre de présenter leurs projets à la communauté. Son objectif est de mettre en avant ces jeunes pousses et d’encourager les rencontres, synergies et collaborations au sein de l’écosystème digital new-yorkais.

La French Tech Il s’agit du mouvement international qui réunit l’ensemble des entrepreneurs et des acteurs qui travaillent au sein de startups françaises à l’internationale. La French Tech compte plus de 150 startups à New York dont au moins un des fondateurs est français.

Les startups

Tinyclues

David Bessis, co-fondateur de Tinyclues, ouvre le bal avec une présentation de l’AI et offre des recommandations quant à la place qu’il convient de donner à l’AI dans la conception d’un produit ou d’un service. Le message clé : ne passer à l’AI intégral que si vous êtes certains de pouvoir le faire fonctionner. En effet, selon lui, Il y a très peu d’industries qui sont prêtes à passer à l’IA intégral. La clef consiste à identifier les fonctionnalités que les utilisateurs ne sont pas prêts d’abandonner mais de ne pas pousser l’automatisation jusqu’à perdre ses clients. La citation à retenir : “Si vous n’avez pas honte de la première version de votre produit, vous avez lancé votre produit trop tard” (Reid Hoffman).

Voir le pitch complet ici.

Snips

Snips est une plateforme complète d’assistance vocale basée sur l’intelligence artificielle et le deep learning qui permet de contrôler les objets connectés de son environnement grâce à sa voix. La plateforme est fondée sur trois composantes : la reconnaissance d’un mot clef d’activation, la reconnaissance de la parole et la compréhension de langage naturel. Snips a été conçue comme une alternative à Amazon Echo dans la mesure où l’outil peut être intégré à des objets séparés, comme sa machine à café par exemple, là où Amazon propose un écosystème centralisé d’assistance vocale. A la différence des autres outils du marché, Snips protège la confidentialité de ses utilisateurs via un service hors ligne qui n’enregistre pas les données personnelles sur le cloud.

Voir la démo Snips ici.

Butterfly.ai

Pour l’équipe de Butterfly, le rôle d’un manager est de retenir, d’engager et d’inspirer les talents. Les fondateurs constatent que, trop souvent, les formations des managers ne sont pas adéquates, se limitant à des sessions trimestrielles ou annuelles trop condensées en information et peu ciblées. Pour remédier à cela, la startup a conçu un outil basé sur l’intelligence artificiel et le machine learning qui collecte les feedbacks des équipes via sondage et  les restitue au manager sous forme d’astuces et de recommandations facilement digestibles. Pour Butterfly, la formation d’un manager est un processus permanent qui se doit de refléter le ressenti des équipes.

Pour en savoir plus sur Butterfly.ai, c’est par ici.

Pour découvrir encore plus de startups innovantes, rendez-vous au prochain Tech Meetup le 6 Mars !

La correspondante:

 

Mona Saidi est Respondable Marketing chez Assur.com.
Assur.com est une plateforme qui agrège les principaux produits d’assurance du marché et a pour mission d’aider l’utilisateur à trouver la bonne assurance santé, voyage ou habitation en quelques clics.

 

 

Photo by Todd Quackenbush on Unsplash

Tags
Plus d'infos

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer