ActualitéBusinessEdTech

Marie-Christine Levet (EduCapital): «En 2018, la tendance forte est l’adaptive learning»

Tout au long du mois de janvier, FrenchWeb donne la parole aux entrepreneurs et décideurs du numérique pour partager leurs ambitions pour 2018.

FrenchWeb: Quels sont, pour vous, les faits marquants sur les 12 derniers mois?

Marie-Christine Levet, fondatrice d’EduCapital: Un des faits marquants de ces 12 derniers mois est l’accélération forte des investissements dans l’Edtech au niveau mondial: plus de 3 milliards de dollars auront été investis dont plus de 90% aux USA et en Chine.

La Chine annonce plus de 30 milliards de dollars d’investissements dans les start-up et dans l’Edtech d’ici 2020.
La France, avec EduCapital, s’est dotée du premier fonds européen dédié au secteur de l’Edtech à l’image de fonds US dédiés.

Quelles sont les tendances incontournables dans votre secteur?

Le mobile bien sûr qui devient incontournable. La tendance forte est l’adaptive learning qui permet la personnalisation des parcours d’apprentissage.

L’autre tendance est l’utilisation de la réalité virtuelle dans le design des parcours de formation.

En 2018, quelle stratégie comptez-vous mettre en place?

L’objectif d’EduCapital est d’investir dans 4 à 5 start-up de l’Edtech ayant le potentiel de devenir des leaders européens dans leur secteur ( formation professionnelle, lifelong learning , enseignement supérieur , K12….).

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Marie-Christine Levet (EduCapital): «En 2018, la tendance forte est l’adaptive learning»
Loi Avia, Twitter : La régulation des plateformes numériques au cœur des débats
Navigation: des drones au cœur du nouveau système anti-mines franco-britannique
[Webinar] Les 6 clefs pour optimiser sa gestion de contenu en entreprise
Après son accrochage avec Twitter, Trump veut limiter la protection dont bénéficient les réseaux sociaux
Innovation frugale : comment mieux innover avec moins de ressources
Tesla autorise Elon Musk à réclamer près de 775 millions de dollars pour sa première paie
Copy link