ActualitéAsieFonds d'investissement

Mayfield va investir 108 millions de dollars dans les start-ups indiennes

Il investit généralement dans des entreprises en phase d’amorçage.

Le fonds d’investissement américain Mayfield annonce avoir bouclé un tour de table de 108 millions de dollars pour son Mayfield India II, son programme dédié aux prises de participation dans des start-ups en phase d’amorçage en Inde. Il prend généralement des tickets compris entre 2 et 8 millions de dollars dans des entreprises spécialisées dans les secteurs technologiques, des services Internet ou des infrastructures, qui peuvent  » créer une grande valeur […] pour la classe moyenne de consommateurs et ainsi se transformer en marques universelles » selon Navin Chaddha, le directeur général.

Il s’agit du second plan du groupe dédié au pays, où il a commencé à investir en 2006 avec un budget déjà supérieur à 100 millions de dollars. Il compte depuis Amagi Media, Centum Learning ou Genesis Colors à son portefeuille. Mayfield estime que les que « les entreprises mobiles qui ciblent les 700 millions d’utilisateurs mobiles […et proposent] des services tech représentent l’avenir de l’Inde ».

44 ans après sa création, Mayfield revendique 3 milliards de dollars d’actifs sous gestion  pour plus de 530 investissements dans des entreprises et 110 introductions en bourse.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Mayfield va investir 108 millions de dollars dans les start-ups indiennes
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer