A la uneActualitéParisRetail & eCommerce

Mise en redressement judiciaire pour Menlook

Malgré une ultime remise au pot d'1,8 million d'euros, fin décembre,  le départ du fondateur de Menlook, Marc Menasé, qui a également participé à ce refinancement, les investisseurs de MenInvest (Menlook) n'ont pu empécher le crash de ce qu'ils croyaient être l'une des pépites de la FrenchTech. Selon nos informations, MenInvest serait sous le coup d'une mise en redressement judiciaire.

Dès sa création en 2009, Menlook veut se tailler un costume à dimension européenne. Deux ans après avoir acquis le site britannique Oki-Ni en 2013, la start-up met la main sur l’Allemand Frontline Shop, qui marque un point d'inflexion dans la stratégie du groupe. La société aurait alors laissé ses coûts augmenter significativement. L'ampleur des pertes aurait été découverte fin 2016, trop tard pour redresser la barre.

40 millions d'euros investis dans une stratégie de développement mal maitrisée

MenInvest avait d'abord levé 4,5 millions en 2011 auprès de Partech International et Ardian (ex Axa Private equity, sorti en 2014 du capital), puis 5,6 millions auprès d’Orkos Capital et de 123 Venture. Et enfin 23 millions d’euros en 2014, auprès d'Idinvest Partners, de Marc et Laurent Grosman (fondateurs du groupe Celio) et du fonds Ambition Numérique de la BPI. Au total, MenInvest aura levé plus de 40 millions d'euros.

Menlook revendique 4 millions de visiteurs uniques par mois et 1 000 marques partenaires. 

Basé à Paris, Londres et Hambourg, le groupe MenInvest emploie 150 personnes.

Lire aussi : Marc Menasé : objectif pour Menlook.com, 100 millions d’euros de CA en 2016

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Mise en redressement judiciaire pour Menlook
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence
discord
Discord lève 500 millions de dollars et double sa valorisation
A la rencontre de Michel Meyer, Technical Program Manager pour Facebook, basé à San Francisco
[Silicon Carne] Creation economy: comment l’industrie de la création fait sa révolution
Picnic lève 600 millions d’euros pour prendre le marché de la livraison à contrepied