A la uneEuropeFoodTech

[AgTech] Monpotager.com veut rapprocher les citadins des agriculteurs

Amener la campagne dans les villes, c’est l’objectif que s’est donnée la start-up Monpotager.com. Fondée fin 2013 par Thierry Desforges, elle propose aux internautes de «cultiver leur potager en ligne» et de recevoir les fruits à leur domicile. «80% de la population française vit en ville», note Thierry Desforges, PDG de Monpotager.com. Et d’ajouter : «En venant en ville, nous perdons nos racines, et la première chose que nous perdons, c’est la culture du potager.»

Sur la plateforme, l’internaute a l’opportunité de choisir la surface de la parcelle ainsi que les fruits et légumes qu’il veut faire cultiver. Ce sont ensuite les agriculteurs les plus proches géographiquement qui se chargent de faire fructifier ces terres. Au fil des récoltes, le consommateur recevra ses produits, dans un point relais ou à domicile. Le service est assorti d’un engagement minimum de 12 mois pour l’internaute.

En 2017, Monpotager.com prévoit d’étendre sa couverture dans l’Hexagone en lançant son service à Bordeaux, Rennes, Nantes et Caen avant l’été. Au deuxième semestre, la plateforme sera également opérationnelle à Lille et Bruxelles. D’ici la fin d’année, Thierry Desforges espère aussi lever des fonds pour mettre les voiles vers les pays européens transfrontaliers. A ce jour, Monpotager.com revendique plus de 2 500 utilisateurs sur sa plateforme. Dans la même veine, La Ruche qui dit oui, place de marché dédiée aux produits d'alimentation locaux qui met en relation des petits producteurs et des consommateurs.

«L'agriculture française se cherche»

A l’occasion du Salon de l’Agriculture, Thierry Desforges donne également son regard sur la situation de l’agriculture française. A ses yeux, considérer la crise agricole comme une crise sociale est une erreur. «C’est une crise économique qui nécessite une ambition économique importante», explique le fondateur de Monpotager.com. Dans ce climat tendu, le salut de l’agriculture française peut-il venir du numérique ? La Ferme digitale semble aller dans ce sens. 

Cette association, dont Thierry Desforges est l’un des co-fondateurs, rassemble treize membres pour faire entendre la voix des agriculteurs connectés. «En cultivant l’esprit de réseau dans l’innovation agricole, on peut être fort en France, mais aussi à l’international et demain accueillir des start-up du monde entier», affirme Thierry Desforges. Toutefois, une «remise en question globale des systèmes agricoles» s’impose auparavant pour faire évoluer l’agriculture française et ainsi défendre sa pluralité, selon le patron de Monpotager.com.

Fondateur : Thierry Desforges

Date de création : 2013

Siège : Lyon 

Activité : vente de fruits et de légumes 

Effectifs : 10

Lire aussi : 

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

1 thought on “[AgTech] Monpotager.com veut rapprocher les citadins des agriculteurs”

  1. Dommage que le service clientèle de monpotager.com ne soit pas aussi efficace que leur service marketing: après plusieurs problèmes de livraison, et un manquement de leur part à leur devoir d’information concernant les échéances de demande de résiliation de l’abonnement par tacite reconduction, je me bats pour faire résilier mon abonnement.
    Mon conseil: même si au départ ça paraît une bonne idée, fuyez cette plate-forme, et allez plutôt dans les cueillettes, allez acheter vos produits auprès de producteurs qui pratiquent la vente directe. Ou fréquentez les Amap et autres modes de distribution alternatifs à la grande distribution.
    Avec monpotager.com, les volumes de fruits et légumes livrés sont très variables. La qualité est également très variable, et surtout, certains producteurs (pommes, coings, poires et pommes de terre notamment) en profitent clairement pour refourguer en douce de la marchandise qui ne sera jamais vendue ni en grande surface, ni en vente directe. J’ai un abonnement à 100 euros par mois pour une famille de 4, et je me retrouve quand même à devoir acheter des fruits et légumes au supermarché. Un comble!
    Quant au service client, il est pour ainsi dire inexistant, suite à des problèmes internes: ligne téléphonique qui sonne dans le vide, aucune réactivité aux messages envoyés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This