ActualitéTech

Analyse mobile : App Annie lève 17 millions de dollars et rachète Distimo

La société américaine spécialisée dans l’analyse sur mobile App Annie vient de lever 17 millions de dollars auprès de ses actionnaires historiques Capital Partners, Greycroft Partners et Sequoia Capital, ce qui porte à 39 millions de dollars les montants totaux levés depuis la création de l’entreprise.

Elle profite de ce nouvel investissement pour racheter Distimo, l’un de concurrents néerlandais qui fournit des solutions en matière d’audit d’applications pour mobile et site Internet mobile. Les équipes de la société rejoindront celle d’App Annie pour former une nouvelle structure de 240 employés.

« Cette acquisition représente une étape importante dans la croissance d’App Annie, et elle nous permet d’accélérer notre feuille de route » déclare Bertrand Schmitt, PDG d’App Annie. La société affirme auditer près de 600 000 applications pour suivre leurs téléchargements, les revenus, les classements et les commentaires.

« Nous partageons la même vision d’informer tout le monde dans l’industrie de l’application avec la meilleure plate-forme de données et d’analyses » ajoute Vincent Hoogsteder, de Distimo. A l’issue de cette acquisition, le siège de Distimo aux Pays-Bas deviendra le centre européen d’App Annie. L’entreprise déteint aussi des bureaux aux Etats-Unis, à San Francisco, à Londres ou encore à Tokyo.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
Analyse mobile : App Annie lève 17 millions de dollars et rachète Distimo
NSO Group: le fabricant du logiciel d’espionnage controversé Pegasus ouvre une enquête
Les données des consommateurs, nouvelle mine d’or de la grande distribution depuis l’avènement de l’e-commerce
Cajoo
Quick commerce: pourquoi la livraison rapide à domicile peine à être rentable
[Livre Blanc] Comment surfer sur la vague du sales enablement ?
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom