A la uneBusinessEuropeTransport

Mobilité: Moovit avance ses pions sur le marché français

Pour croître rapidement sur un marché où l'attente des utilisateurs est forte, Moovit a choisi de s'intégrer là où elle peut. Depuis son lancement en 2011, l'application israëlienne qui s'appuie sur la donnée publique et celles des utilisateurs des transports pour optimiser les temps de trajet de chacun, entend prendre plus de place sur le marché français. Pour accroître sa visibilité dans l'Hexagone, elle est par exemple devenue partenaire d'un guide pour les fans de football afin «de les aider à se déplacer», pendant l'Euro 2016. Quelques semaines plus tôt, c'est l'Américain Uber qu'elle annonçait intégrer à son application dans sa volonté de proposer tous les modes de transports locaux et de fournir la meilleure expérience «multimodale». 

Pour aller plus loin dans cette stratégie, alors que la société est de passage à Paris pour participer à plusieurs événements, elle envisage même d'intégrer désormais les applications de taxis. «Nous avons en ce moment quelques négociations», confie à Frenchweb Alex Mackenzie Torres, CMO de la socété et basé à San Francisco. Car pour Moovit qui ne monétise pas encore son service, l'enjeu est d'abord de devenir l'outil préféré dans chacune des villes dans laquelle elle s'installe. Face à elles, d'autres applications prétendent devenir le favori. 

Présente dans plus de 1 000 villes dans le monde, rappelle-t-elle, elle est aussi disponible dans 30 villes en France (soit 1 million d'utilisateurs) où elle compte accélérer et toucher de nouvelles localités en région, et ce, «grâce à notre partenariat avec Keolis (…) qui l'aide à comprendre le marché français», précise-t-elle.

Les pistes vers la monétisation

Alors que Citymapper est récemment entrée en conflit avec la RATP au sujet de l'accès à ses données, Moovit sait avancer prudemment avec son partenaire. «Le plus difficile à obtenir ce sont les données en temps réel, les plus précieuses. Avec Keolis, nous avons accès aux données statiques (toutes les données relatives aux horaires, au trains, lieux, etc.)», explique le CMO.

Une fois ces conquêtes sécurisées, Moovit ne tardera pas à faire un pas vers la monétisation, soit sous la forme de commissions prélevées, ou des solutions de «mobile ticketing», souffle  cet ancien Product Manager chez Google . 

«La voiture autonome fait partie de notre avenir», annonce encore le CMO. Un sujet sur lequel l'Israëlien travaille, en partenariat à nouveau, avec le constructeur BMW qui fait partie des investisseurs de la start-up lors de sa dernière levée de 50 millions de dollars en janvier 2015, réalisée notamment auprès de l'opérateur Keolis (détenu à 70% de la SNCF) et du fonds de Bernard Arnault. En tout, la société fondée par deux Israëliens aura levé plus de 80 millions de dollars.

VOIR : L'interview de Alex Mackenzie Torres, CMO de Moovit

Lire aussi : Open data: Citymapper veut faire plier la RATP

[tabs]

[tab title= « Le confidentiel : »]

Fondateur: Roy Bick et Nir Erez

Date de création: 2011

Siège: Ness Ziona (Israël)

Effectifs: 85 employés dans 7 pays

Concurrents: Citymapper, Google Maps, GoEuro, Travellution, Go2iT, FromAtoB, Gogobot.

[/tab]

[/tabs]

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This