ActualitéActualité Start Me Up

MyJobCompany et Bloomberg Tradebook emmènent les startups françaises pitcher outre-Manche

MyJobCompany en partenariat avec Bloomberg Tradebook organise une rencontre le 19 novembre prochain entre des startups et des investisseurs britanniques. Son fondateur Gregory Herbé nous en dit plus:

FW: Bonjour Gregory, nous vous connaissons comme un entrepreneur qui valorise le patrimoine entrepreneurial français, pourquoi emmener des startups pitcher à Londres?

Gregory Herbé: Pour les valoriser, pour faire découvrir aux investisseurs étrangers nos pépites. Pitcher dans un environnement anglo-saxon leur permet de faire un réel travail de synthèse et de restitution, en anglais. La visibilité de notre écosystème passe par une internationalisation plus importante de nos startups. Les startups de notre pays ne doivent plus être considérées uniquement comme françaises mais reconnues comme françaises. L’accès aux fonds étrangers permet d’élargir la palette de mentoring qu’il manque en France. Londres est un formidable haut-parleur pour tous les endroits qui comptent pour les startups.

Pouvez-vous nous décrire les contours de l’événement?

Gregory Herbé: MyJobCompany c’est l’économie collaborative, le recrutement par la foule ou crowdsourcing. Pourquoi ne pas utiliser notre expérience de la diffusion d’informations liées à l’emploi pour ‘recruter’ des startups et les présenter à des investisseurs ?

Toute startup peut remplir le questionnaire présent sur notre blog. Bloomberg sélectionne les dossiers et 10 startups sont invitées à venir présenter leur projet devant une assemblée d’investisseurs à Londres dans les locaux de Bloomberg fin novembre.

FW: Quelles sont les qualités des entrepreneurs français?

Gregory Herbé: L’entrepreneur français est un héros. Aujourd’hui, porter un projet de création d’entreprise dans un monde où règne le désir de sécurité et l’incompréhension de la notion de risque, c’est faire preuve de sur-optimisme maladif!

L’entrepreneur français reste malgré tout enfermé sur son marché, attendant d’avoir fait la preuve du fonctionnement de son produit avant de le porter à l’international, ce qui est une erreur fondamentale. Nous avons réussi à internationaliser les cuisses de grenouille, nous ne devrions pas avoir de mal, avec du travail, à internationaliser les idées et réalisations françaises.

FW: Quel regard portez-vous sur l’écosystème des startups en France aujourd’hui?

Gregory Herbé: Avec la robotique, la Green economy et la nanotechnologie, la France a encore la possibilité de devenir précurseur technique et économique. Les startups ne savent malheureusement pas évoluer dans un environnement d’acquisition,le marché n’existant pas en France car peu d’ETI. Le peu de financement à tous les niveaux, surtout dans l’amorçage, nous réserve la place d’honneur de l’inventeur mais pas de l’industriel. L’export et l’internationalisation de nos startups sont essentiels, c’est le ticket pour être dans les 5 majeurs mondiaux. Les gouvernants doivent emmener des startups en représentation à l’étranger comme ils le font avec les grands groupes.Il doit y avoir une culture populaire de la startup et en finir avec les images d’Epinal.

 

MyJobCompany se veut une solution 360° de recrutement centrée sur les réseaux sociaux. Elle valorise la puissance de la cooptation et rémunère les internautes pour diffuser les annonces auprès de leurs contacts.

Gregory Herbé est le co-fondateur et CEO de MyJobCompany, éditeur de logiciels de recrutement participatif créé en 2011. ESC Rennes, Moovement, Andrew Mac Allister, Gregory est spécialiste du monde du recrutement et de l’ acquisition de talents. Startuper avant tout.

Crédit photo: Emmanuel Vivier.

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.

23 commentaires

Bouton retour en haut de la page
MyJobCompany et Bloomberg Tradebook emmènent les startups françaises pitcher outre-Manche
Réseaux sociaux: après les innovations, l’uniformisation?
Livraison : la rapidité n’est pas le premier critère du consommateur
Cashfree
FinTech: l’Indien Cashfree lève 35,3 millions de dollars auprès d’Apis Partners et Y Combinator
La croissance d’Aramis Auto soutenue par le marché de l’occasion
Commission sur les applications: Apple fait une nouvelle concession
[Webinar] Comment simplifier vos processus et réduire vos coûts grâce à la signature électronique ?