A la uneActualitéEuropeMarketing & CommunicationMedia

NRJ Group prend un peu de Share Fraiche dans la vidéo en ligne

Le groupe NRJ a investi dans la société Share Fraîche, un réseau de chaînes accompagnant les créateurs de vidéos en ligne dans l'optimisation de leur audience. Le montant total de la levée de fonds de la start-up n'est pas précisé. Le groupe de radios et de télévisions prend une part de 30% au capital de la société.

Par ailleurs, la régie publicitaire NRJ Global a conclu avec Share Fraîche un partenariat exclusif de commercialisation des espaces, a précisé le groupe.

Fondée en 2014 à Paris par Léa Choukroune et Jérémie Fichebin, Share Fraîche est un réseau multi-chaînes (MCN) regroupant 60 chaînes et près de 1 million d’abonnés. Ces modes de consommation des contenus sont en plein essor aux Etats-Unis et la tendance gagne la France. La plateforme spécialisée dans le lifestyle revendique aujourd'hui 5 millions de vues par mois autour de six thématiques s’adressant aux 12-25 ans.  

Les autres réseaux multi-chaînes en France sont Melberries, racheté en 2014 par le groupe Webedia, les plateformes dédiées à l'humour tels Studio Bagel ou Golden Moustache. Alors qu'elle a fermé wat.tv à la fin 2015, TF1 signait un partenariat commercial avec Finder Studios, un MCN multi-thématique. Dans le même temps, les chaînes TV traditionnelles (France Télévisions, M6) construisent elles aussi leur propre plateforme thématique afin de générer plus de revenus.

 

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
NRJ Group prend un peu de Share Fraiche dans la vidéo en ligne
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link