A proposAnalyseBusinessChiffres ClesData RoomTech

[NUMBERS] 681 scaleups pour la France en 2017, devant l’Allemagne et derrière le Royaume-Uni

En 2017, l’Europe a vu émerger plus de 1 200 scaleups, soit une progression de 28 % par rapport à l’année précédente. Cela a représenté 22 milliards de nouveau capital investi. Ces chiffres sont issus du dernier rapport « Tech Scaleup Europe » publié par SEP Monitor* et Mind the Bridge à l’occasion du SEP Scaleup Summit qui se déroule jusqu’à ce vendredi à Londres. Celui-ci décrit 2017 comme « une année de croissance que l’on peut qualifier de durable et, en même temps, excitante et notable ».

Au total, l’Europe compte 5 596 scaleups qui ont levé 83,2 milliards de dollars en 2017, soit une hausse de 36 % par rapport à 2016. À noter que pour entrer dans cette catégorie, l’étude prend en compte les structures qui ont levé au moins 1 million de dollars depuis leur création et enregistre au moins un événement de financement depuis 2010.

La France, deuxième en nombre de scaleups

Sans surprise, les économies les plus fortes du Vieux Continent sont celles qui produisent le plus de scaleups. Le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et la Suède ont contribué à près de 70 % de leur croissance.

Le Royaume-Uni mène toujours la danse avec un taux de croissance de 28 % de ses scaleups pour un total de 1 668 à la fin 2017, soit 30 % du total européen. Le rapport remarque que la performance du pays sur ce plan n’a pas été entravée par les discussions sur le Brexit qui se déroulaient à ce moment. La France et l’Allemagne suivent avec un taux de croissance de 32 % chacune. L’Hexagone a ajouté 165 scaleups à son écosystème pour atteindre le nombre de 681 (12 % du total européen), puis suit l’Allemagne avec 129 scaleups de gagnées et qui en compte 530 (10 % du total).

Côté hub, c’est Londres, loin devant, qui abritent le plus de scaleups (plus de 1 100), suivie par Paris (453), puis Berlin et Stockholm (un peu moins de 300 chacune).

Les ICO, des substituts de financement intéressants

En ce qui concerne le capital investi, le Royaume-Uni se retrouve également en première position avec 27,5 milliards de dollars levés en 2017. Sur ce plan, c’est l’Allemagne qui précède la France avec 14,6 milliards de dollars. L’Hexagone a lui levé 8,9 milliards de dollars. « Ce dernier changement est l’un des plus notables depuis l’année dernière. L’Allemagne ne dispose que de  « 10 % » des scaleups mais ces dernières représentent 18% du financement total en Europe. La France, par comparaison, représente 12% de la population et 11% du financement ».

« Les entreprises européennes ont encore de nombreuses façons de croître et d’obtenir du financement : la grande majorité (85 %, 70,7 milliards de dollars) du capital total provient de capital risque, mais 12 % (9,7 milliards) sont issus d’IPO et 3 % (2,8 milliards de dollars) ont été recueillis via des ICO, qui s’avèrent être un substitut très intéressant pour le premier tour de financement des scaleups », note le rapport.

 L’Europe ne joue pas encore en Premier League

Mais tous ces chiffres ne doivent pas faire oublier une réalité que tient à souligner le rapport. « L’Europe ne joue pas encore en Premier League. Cette croissance n’est pas suffisante pour combler le fossé avec d’autres écosystèmes ». Les États-Unis comptent ainsi 4 fois plus de scaleups que l’Europe et le capital levé par ces dernières est 8 fois plus importants. « En d’autres termes, les États-Unis sont mieux équipés pour produire plus de géants technologiques et les alimenter avec du capital », conclut le rapport.

Et ce n’est pas tout. « Si nous limitons l’analyse à des écosystèmes uniques, il n’y en a aucun en Europe qui puisse rivaliser avec la Silicon Valley et Israël », poursuit l’étude. La Silicon Valley vaut, seule, en termes de nombre de scaleups, un peu plus que tout le continent européen. De son côté, Israël obtient de meilleurs résultats que tous les écosystèmes européens – à l’exception du Royaume-Uni – en nombre de scaleups.

 

*SEP (Startup Europe Partnership) a été créé par la Commission européenne en janvier 2014 lors du Forum économique mondial de Davos. SEP est une plateforme paneuropéenne d’innovation ouverte destinée à transformer les startups européennes en scaleups en les reliant aux grandes entreprises mondiales. Le SEP est dirigé par Mind the Bridge, une organisation mondiale basée en Europe et dans la Silicon Valley.

Tags
Plus d'infos

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRH Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction@frenchweb.fr

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Il faut rappeler la définition utilisée (trés/trop large, sans aucun taux de croissance, ni en chiffres d’affaires ni en terme d’employés) : >$1M funding raised (since foundation) and at least one funding event since 2010.
    Dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer