ActualitéIndustrieObjets connectésTech

5 obstacles que doivent franchir les objets connectés pour faire partie du quotidien

Ce seront 2 milliards d’objets connectés qui se vendront en France d’ici à 2020, si l’on en croît une étude du cabinet GfK. Le marché de l’IoT (Internet of things) s’annonce juteux, mais il présente déjà quelques obstacles à franchir avant qu’il n’atteigne une taille critique. Il y a en effet au moins cinq craintes exprimées par les professionnels dans une seconde étude* sur les objets connectés publiée en mai par McKinsey et la Global Semiconductor Alliance (GSA).

Première barrière, le maintien de la confidentialité des données des utilisateurs. Cette crainte concerne principalement les professionnels fabricant des puces électroniques. L’enjeu est donc de réussir à trouver un moyen de garantir la protection des données personnelles, qu’elles soient stockées à distance sur des serveurs (cloud), enregistrées sur un terminal (smartphones, tablettes), ou lorsqu’elles circulent de l’un à l’autre, comprend-on dans cette étude.

Trouver le modèle économique

Les industriels redoutent également la difficulté à créer le besoin chez les consommateurs dans un marché très fragmenté, et où l’offre est déjà pléthorique. L’une des solutions que laisse entrevoir l’étude est de développer des modèles économiques, non pas seulement centrés sur le B2C mais aussi tournés vers le B2B et le B2B2C. Elle suggère que des start-up et des entités du secteur de la distribution ou de la santé pourraient être vivement intéressées par ces objets afin de réaliser des économies. En creux, l’étude conseille donc de s’ouvrir à des business hors secteur technologique.

Autre point suscitant la réticence: l’absence de standard technique, sorte de schéma commun à toutes les technologies connectées. De manière générale, les industriels s’interrogent sur les technologies à intégrer dans l’objet connecté. Pour l’instant, aucune ne semble prendre clairement le dessus. Parmi elles, la connectivité utilisée en est un bel exemple. Différentes technologies, en bas débit ou non, se sont déjà démarquées:  Wifi, 4G LTE, Bluetooth, Onramp, Sigfox, etc. Mais aucune d’entre elles n’est encore devenu la norme,  comme le montre ce graphique issu de l’étude:

connectivity-iot

D’autre part, la nature fragmentée du marché des objets connectés fait hésiter les professionnels du secteur. Ils se demandent si il est économiquement intéressant de créer une interface spécifique pour chacun des objets. D’autant que pour l’instant, la plupart d’entre eux se vendent encore peu, ce qui ne motive en rien à développer une plateforme propre pour chacun d’entre eux.

Outre les difficultés techniques qui affectent les fonctionnalités des objets connectés, les industriels ne son pas convaincus du potentiel commercial des applications liées à l’IoT.

Enfin, ils sont nombreux à estimer qu’il reste encore des progrès à faire pour réduire la consommation d’énergie de ces objets. Un point susceptible selon eux de stimuler considérablement la demande.

 

* Ces résultats sont issus d’un sondage auprès 259 cadres et cadres supérieur travaillant dans le domaine de la production des puces électroniques au Etats-Unis, interrogés entre août 2014 et avril 2015.

Lire aussi : IoT: l’industrie européenne prévoit 140 milliards d’euros d’investissements par an d’ici 2020 (PwC)

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “5 obstacles que doivent franchir les objets connectés pour faire partie du quotidien”

  1. Je trouve cet article globalement très pertinent, mis à part la partie de réduction de consommation des objets connectés. En effet, ce sujet est très variable en fonction du type d’appareil, de la technologie employé mais également de la manière dont il est utilisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This