AcquisitionActualitéArts et Culture

Oracle poursuit sa mue dans le cloud et rachète Ravello Systems

Oracle vient de racheter Ravello Systems, une start-up spécialisée dans les solutions de cloud public (Dev/Test, OpenStack, Virtual Training…). Le montant de l'opération n'a pas été communiqué, mais le journal Globes évoque une transaction de 500 millions de dollars.

Fondée en 2011 par Rami Tamir et Benny Schnaider, Ravello Systems compte aujourd'hui une soixantaine d'employés répartis dans deux bureaux en Israël et aux Etats-Unis. Par le passé, l'entreprise a bouclé plusieurs tours de tables importants, dont un de 28 millions de dollars l'an passé notamment auprès de Qualcomm Ventures, SanDisk Ventures, Sequoia Capital et Bessemer Venture Partners.

Faire évoluer l'offre d'Oracle en cloud

A l'issue de cette opération, les équipes de Ravello Systems devraient rejoindre la division d'Oracle Public Cloud, et ses produits devraient être intégrés à la suite Oracle Cloud, explique le PDG de la start-up dans un billet de blog. «Nous croyons que cet accord accélérera notre capacité à atteindre plus de clients, offrir plus de valeur, et améliorer notre technologie à un rythme accéléré (…)», détaille-t-il.

Cette acquisition survient alors qu'Oracle a fait du cloud l'une de ses priorités. L'an passé, son co-PDG Mark Hurd déclarait vouloir porter à 95% l'offre d'Oracle dans le cloud d'ici à quelques mois. Oracle veut en effet avancer face aux autres géants américains comme Amazon ou Microsoft.

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
Oracle poursuit sa mue dans le cloud et rachète Ravello Systems
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Alban Sayag, COO de YouSign
[Build Up] YouSign accélère son développement produit avec l’acquisition de Canyon
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
Comment Bandsintown a su renouveler son modèle face à la crise?