ActualitéBusinessStartupTech

PeopleDoc, Aquent, Groupe BPCE…: le Top 5 des vidéos de la semaine

FrenchWeb a sélectionné 5 vidéos qui ont marqué la semaine.

 

[tabs]
[tab title= »Jonathan Benhamou, co-fondateur et CEO de PeopleDoc »]

Comment PeopleDoc renforce ses effectifs pour s’étendre à l’international

Fondée en 2007, sous la dénomination Novapost, la société PeopleDoc, qui développe une solution de dématérialisation des documents RH, poursuit son expansion à l’international. Aujourd’hui, l’entreprise, lancée par Jonathan Benhamou et Clément Buyse, revendique 600 clients, 3 millions d’utilisateurs et une présence en France, en Angleterre, en Allemagne, aux États-Unis et au Canada. 

Pour accompagner son extension, PeopleDoc envisage de recruter 80 collaborateurs supplémentaires en 2017. La société recherche principalement des développeurs, mais aussi des chefs de projet, des customer success managers et des customer support managers. Ces profils ciblés par PeopleDoc doivent venir renforcer les 180 employés actuels de l’entreprise, dont 120 sont basés en France.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Charlotte Vitoux, Country Manager France d’Aquent »]

Aquent mise sur l’humain pour dénicher les talents print et digitaux

Replacer l’humain au centre du processus de recrutement, c’est ce que propose l’agence Aquent à ses clients. «On passe du temps à comprendre quelle est la personne, l’humain qui est en face de nous, avant de comprendre quel est le professionnel», explique Charlotte Vitoux, Country Manager France d’Aquent.

La société américaine, spécialisée dans le recrutement dans les métiers du marketing, de la création et de la communication, souhaite avant tout détecter la motivation et le potentiel d’engagement des candidats aspirant à intégrer des annonceurs, des agences de communication ou encore des grands laboratoires. Pour cela, Aquent a privilégié une démarche proactive afin de déceler l’état d’esprit des pépites du digital.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Yves Tyrode, CDO du Groupe BPCE »]

Le Groupe BPCE fait du numérique son principal levier de croissance

Le Groupe BPCE, qui regroupe les réseaux Caisse d'Epargne et Banque Populaire, amorce plusieurs révolutions. Après avoir annoncé un plan d'investissement de 750 millions d'euros dans le digital, le deuxième groupe bancaire français, avec 31,2 millions de clients, dévoile une nouvelle offre dédiée exclusivement aux créateurs d'entreprise. Baptisée le «Startup Pass», elle promet des relations simplifiées avec les entrepreneurs, en s'appuyant notamment sur une plateforme d'open data. En plus de cette offre, le groupe se réorganise entièrement autour des enjeux du digital. 

Concrètement, avec le Pass, le groupe veut supprimer tous les casse-têtes rencontrés par les entrepreneurs : propriété intellectuelle, contrats, signature électronique, demande de prêt… L'objectif est d'avoir, face aux concurrents, l'offre la plus attractive auprès de ces profils. BPCE a également développé NUMPA, un outil de gestion des achats pour le chef d'entreprise pour l'aider à visualiser ses dépenses. A la manière de la notation des chauffeurs, cette nouvelle relation pourra enfin être notée. 

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Céline Lucas Marouani, DRH de Netatmo »]

IoT : Comment Netatmo motive ses ingénieurs

Netatmo, la start-up qui s'est spécialisée dans les objets connectés pour la maison, a amorcé un changement de stratégie pour rester en course. Face aux produits des géants américains, à l'image de l'assistant Alexa d'Amazon pour le foyer ou Nest, racheté par Google, le Français joue la carte des partenariats avec les grands groupes pour assurer son développement.

La société fondée en 2011 par Frédéric Potter cherche des ingénieurs capables d'entendre les propositions du grand groupe, tout en affirmant la créativité de la marque. Un compromis possible, d'après Céline Lucas, DRH de Netatmo. 

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Virtuality »]

On a testé la conférence en réalité virtuelle

Et si la conférence en réalité virtuelle était sur le point de remplacer la traditionnelle «conf call» ? C'est la question que pose l'émergence des technologies VR, présentées au salon Virtuality, et dont le marché doit peser 18,6 milliards de dollars pour les casques uniquement d'ici 5 ans (contre 2,1 milliards aujourd'hui, d'après IDC). Au-delà de l'intérêt pour les marques en quête d'engagement des audiences, les casques de VR pourraient bien investir le milieu de l'entreprise, pour, par exemple, réduire les distances entre des collaborateurs basés à Paris et d'autres à San Francisco. 

Cette expérience de conférence virtuelle a été menée par l'agence parisienne We Are Social au salon Virtuality. Animée par FrenchWeb sur le thème de «l'Avatar virtuel comme nouveau Selfie», la conférence a réuni Gildas Dussauze (VRtuoz, le concepteur de l'espace en VR), Stéphane Maguet, Fabien Gaëtan (We Are Social), Greg Madison (Unity Labs) et Antoine Gilbert (Twitter France). Séparés dans le réel dans diverses salles, ils étaient réunis virtuellement dans une «social room» pendant 40 minutes. Pour rejoindre la conférence, les participants devaient télécharger une application et porter un casque dit «cardboard» pour l'effet 3D.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This