ActualitéObjets connectésTech

[Portrait] Qui est Lionel Paillet, le nouveau Monsieur Nest en Europe ?

Après douze ans passé chez Apple, notamment aux côtés de Pascal Cagni, le quarantenaire s’est lancé dans le monde en plein effervescence des objets connectés pour orchestrer la commercialisation de Nest, le troisième plus important rachat de Google pour 3,2 milliards d’euros en janvier dernier. Portrait du General Manager Europe de Nest Labs, le discret Lionel Paillet.

L’Ecole Apple

Son histoire récente, c’est celle d’un homme qui fait le grand saut: en février, il a quitté la multinationale Apple, pour une start-up de quelques dizaines de personnes encore inconnue du grand public européen. «Partir d’Apple c’était difficile… Mais en fait, je ne suis pas parti d’Apple, j’ai rejoint Nest. C’est la manière dont je le vis».

On ne quitte jamais vraiment totalement Apple

[sc_embed_player_template1 fileurl= »http://frenchweb.fr/wp-content/uploads/2014/09/paillet-bob2-Apple1.mp3″]

Lionel Paillet est entré au sein de la firme à la pomme en 2000, au temps où le siège européen était encore en France, aux Ulis. Il fait alors partie du management européen. Sous la responsabilité de Pascal Cagni puis de John Brandon, il prend d’abord en charge le business développement pour les médias et la presse, puis s’occupe du broadcast et des programme d’animation des points de ventes en Europe et jusqu’en Inde.

J’ai énormément apprécié travailler en Inde

[sc_embed_player_template1 fileurl= »http://frenchweb.fr/wp-content/uploads/2014/09/Paillet-bob1-etrangers.mp3″]

Ce que son passage chez Apple a changé en lui ? «Je suis probablement encore plus pointilleux sur des détails que je ne l’étais avant» confie ce joueur de tennis amateur, né à Paris en 1967.

Chez Apple, il y a des gens qui m’ont marqué: Pascal Cagni, John Brendon…

[sc_embed_player_template1 fileurl= »http://frenchweb.fr/wp-content/uploads/2014/09/Paillet-bob3-equipeApple.mp3″]

«C’est quelqu’un de très humain, de très abordable, un leader à l’écoute, qui s’intéresse à la culture de l’autre. Il fait partie de ces gens doués pour nouer des relations constructives avec des personnes à des milliers de kilomètres» témoigne justement Pascal Cagni. Il se rappelle: «Lionel est une éponge capable d’absorber les conseils des personnes qu’il respecte, qu’il aime. Par exemple, il redoutait toujours les reviews (présentations orales, ndlr) qu’on faisait et je me souviens l’avoir challengé là-dessus quand nous allions en Roumanie, en Bulgarie. J’avais alors adoré son aptitude à savoir écouter pour apprendre».

Sonos, son premier objet connecté

A présent en charge de la direction de Nest Labs en Europe, Lionel Paillet avoue ne pas avoir été d’abord attiré par le produit, mais plus par les porteurs du projet. «Ce sont les personnes que j’ai rencontrées qui m’ont donné envie d’aller chez Nest» explique-t-il. Les fondateurs de la start-up, Tony Fadell et Matt Rogers, sont deux anciens d’Apple, aux côtés de Steve Jobs. Voilà Lionel Paillet propulsé dans le monde de la domotique connectée. «Il a pris un vrai pari en allant chez Nest. Je pense qu’il en a encore sous le pied, je l’avais d’ailleurs poussé à sortir du cocon Apple (…). Il allait perdre son temps s’il n’avait pas pris à bras le corps un nouveau challenge» estime Pascal Cagni, qui l’a d’ailleurs recommandé auprès du board de Nest Labs.

Mi-septembre, devant un partenaire de journalistes à l’occasion du lancement en France des thermostats et détecteurs de fumée de la marque, le patron de Nest Europe lance : «Bienvenue dans la maison Nest. Chez nous, on ne croit pas à l’idée de maison connectée, mais plutôt à celle de maison consciente. Les objets doivent faire plus pour vous». Et dans sa maison à lui, quelle place occupent les objets connectés ? «Le premier que j’ai acheté, c’était Sonos [enceintes hi-fi], mais j’ai aussi des caméras connectées Philipps, des ampoules LIFX, ma première préoccupation c’était de ne plus avoir de câble nulle part ».

«Un management de groupe, et de transparence, très ouvert»

Lionel-Paillet
Lionel Paillet est né à Paris en 1967

Chez Nest, il continue de devoir insuffler la direction à toute l’équipe européenne, en plein développement. S’il devait employer un mot pour décrire ses méthodes de management ce serait: «transparent».

«J’ai plutôt un management de groupe, et de transparence, très ouvert, il faut savoir travailler ensemble et être à peu près sur le même rythme» décrit celui qui recherche des qualités bien précises lorsqu’il recrute: «Le choix des collaborateurs c’est toujours un exercice hyper important. On peut toujours se tromper mais il y a des choses vraiment importantes, en tous cas pour moi, que sont: l’agilité de la personne, sa capacité à être assez flexible par rapport à un environnement qui peut bouger (…) Il y a une question de désapprendre pour apprendre (…) et l’idée c’est de recruter des gens meilleurs que vous, experts dans leurs domaines. C’est vraiment critique».

A Londres, où il est installé avec sa femme et ses enfants depuis neuf ans, Lionel Paillet a pris le goût du travail « à l’anglaise». «Avec eux, les relations business sont plus directes, rapides, le vocabulaire anglais en business est un peu plus économe qu’en français (…) la notion d’entrepreneuriat est différente. Le positivisme est plus marqué».

Le Celsa puis… l’Amérique

Avant le Royaume-Uni, il y a eu les Etats-Unis. Cet accro aux e-mails a travaillé dans une start-up californienne entre 1995 et 2000. Avant cette première expatriation, il passe par l’industrie, chez Schlumberger après un bref passage en agence de publicité chez Leo Burnett à la fin de son cursus de formation qui l’aura mené de l’IUT publicité de l’Université René Descartes (Paris V) au Celsa, en passant par la Sorbonne. De ses années à l’Ecole des hautes études en sciences de l’information et de la communication, il conserve des amitiés solides. «J’ai certains très, très bons copains qui étaient là-bas. Des gens avec qui j’ai encore des relations aujourd’hui. (…) Certains bossent dans la banque, dans d’autres domaines, peu bossent dans l’environnement tech» se souvient-il.

Lionel Paillet ne fume pas et apprécie beaucoup la cuisine française et italienne. Pour l’aborder ? S’orienter vers une bonne table et engager la conversation sur le vin par exemple. Il y a des chances de le croiser au restaurant de poissons Rech lors de ses passages à Paris. Amateur des vins de la vallée du Rhône, il a pris goût au nectar étant petit: «je mettais du vin en bouteille avec mon grand-père quand j’avais 4-5 ans» se remémore-t-il avec délice. Pascal Cagni confirme: «C’est une fine bouche qui aime la bonne chère, il m’a souvent trouvé de bons vins, cela fait partie de son jardin secret».

Le Chateaubriand est un restaurant incroyable

[sc_embed_player_template1 fileurl= »http://frenchweb.fr/wp-content/uploads/2014/09/paillet-bob4-restaurants.mp3″]

1967 Naissance à Paris

1995 Départ pour la Californie

2000 Entrée chez Apple

2005 Installation à Londres en famille

2014 Nest Labs

Photos: ©Guillaume Le Moal pour Frenchweb, tous droits réservés

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Portrait] Qui est Lionel Paillet, le nouveau Monsieur Nest en Europe ?
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch
Pourquoi LGO, la plateforme crypto de Frédéric Montagnon, fusionne avec Voyager