A la uneActualitéArts et CultureEuropeMediaTech

Deezer: «Le choix d’Euronext fait sens» (Christopher Dembik, Saxo Bank)

Deezer a levé le voile sur son projet d’IPO sur le marché réglementé d’Euronext Paris. L’entrée en Bourse du français doit venir consolider l’activité, alors que la bataille face aux concurrents Spotify et Apple est rude. Le début de la cotation a été fixé au 30 octobre. Deezer est le tout premier site de streaming à s’introduire en Bourse.

Dans le détail, la fourchette indicative de l’action Deezer se situera à un prix d’ouverture fixé entre 36,20 et 49,24 euros, précise le communiqué. La société fondée en 2007 entend lever 300 millions d’euros répartis sur 8,2 millions d’actions. Deezer annonce également une option de surallocation liée à la cession de titres existants, à hauteur de 1,2 million d’actions. Les actionnaires cédants sont DC Music Sarl, Idinvest Partners, CM-CIC Capital Privé, M. Daniel Marhely (le cofondateur), Thomas Erhel et Xavier Niel.

Financer la croissance

A ce jour, l’actionnaire le plus important de Deezer est l’homme d’affaires Len Blavatnik, d’Access Industries, avec 27% des parts du groupe. Les maisons de disques Warner Music, Sony Music, EMI et Universal Music VIV.PA possèdent 15% des parts de Deezer et Orange 10%, reprécise Reuters.

«L’introduction en Bourse nous permettra d’accélérer notre croissance et de continuer à jouer un rôle majeur à l’avant-garde de la révolution musicale qui s’ouvre avec le streaming», précise Hans-Holger Albrecht, directeur général de Deezer. La clôture de l’offre à prix ouvert est, elle, prévue le 26 octobre.

Avec 6,3 millions d’abonnés dans le monde, Deezer est encore loin derrière les 20 millions d’abonnés du Suédois Spotify. Ses abonnés proviennent également en majorité des accords passés avec les opérateurs télécoms. En 2014, la société enregistrait plus de 27 millions de pertes, fixant la priorité à sa croissance et à l’investissement, plutôt que sur la rentabilité. Deezer est présent dans 180 pays.

Christopher Dembik, analyste chez Saxo Bank
Christopher Dembik, analyste chez Saxo Bank

On peut considérer que Deezer aurait pu lever deux fois plus en s’introduisant aux Etats-Unis. Il s’agit d’une estimation a minima qui prend également en compte le fait que les investisseurs américains sont plus prudents cette année lorsqu’il est question d’IPO qu’en 2014. Le contexte macroéconomique et les incertitudes à propos de la politique monétaire pèsent sur le marché des nouvelles technologies.

De mon point de vue, le choix d’Euronext fait sens car Deezer est surtout présent sur le marché français avec près de 15 millions de clients.

Cela prouve que les efforts faits par la France et par Euronext pour attirer les entreprises du secteur de numérique et de l’Internet commencent à être payants. Le Tech40, lancé récemment, relève de ce dispositif.

Bien évidemment, la question de l’engouement pour Deezer des investisseurs français, traditionnellement plus enclins à se porter sur les grandes valeurs industrielles, va se poser. C’est un problème mais on peut être confiant pour l’avenir. Les investisseurs sont de plus en plus réceptifs aux valeurs de la nouvelle économie, ils comprennent mieux le business model et les risques inhérents à de tels investissements.

 

Lire aussi : 7 chiffres révélateurs sur les forces et les faiblesses de Deezer

Création : 2007

Siège social : Paris

Effectifs en avril 2015 : environ 400 personnes dans le monde, réparties dans 19 pays

Nom de recrutements prévus en 2015 : environ 100 recrutements, dont 70 postes techniques

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Deezer: «Le choix d’Euronext fait sens» (Christopher Dembik, Saxo Bank)
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link