ActualitéTech

Présidentielle : Choisir son candidat sur le web, une bonne idée ?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire en suivant les sondages qui se suivent et se ressemblent depuis des mois, l’élection présidentielle est loin d’être jouée : généralement, un cinquième des lecteurs se décident le week-end de l’élection.

Sur Slate on nous affirme que la présidentielle ne se joue pas sur internet, qui pendant la campagne aura moins été un outil de persuasion que de mobilisation d’électeurs déjà convaincus. Ça aura peut-être été vrai durant toute la campagne, mais qu’en sera-t-il des indécis de la dernière heure ? Combien d’entre eux se tourneront vers internet pour prendre leur décision, et surtout, que leur dira internet ?

Des comparateurs de programmes à la pelle

Sans doute parce qu’ils sont très populaires, on ne compte plus les comparateurs de programmes comme Voxe, mais surtout les tests ou quiz censés vous aider à découvrir de quel candidat vous êtes le plus proche, ou carrément pour lequel vous devriez voter.

Certains sont très primitifs, comme celui de Rue 89 (qui date il est vrai de l’an dernier) où en répondant “oui” ou “non” à une série de moins de dix propositions, vous finirez par vous faire désigner un candidat. A l’autre bout du spectre, on trouve le Comparacteur de politique.com qui vous soumet 427 propositions tirées des programmes des candidats et vous propose de les noter sur une échelle à 5 graduations allant de “Jamais de la vie” à “Absolument”. Au bout du compte, on vous donne un pourcentage d’affinité avec chacun des candidats (pourcentage positif, ou négatif).

Fact checking, thématiques… les autres applications de la présidentielle

Il n’y a pas que les tests et comparateurs : le site Presid-apps répertorie une vingtaine d’applications développées pour la présidentielle.

Parmi ces applications, on en trouve plusieurs consacrées au fact-checking. Leur but : reprendre les déclarations des candidats et vérifier, preuve à l’appui, qu’ils ne se sont pas trompés (volontairemment ou pas) dans les faits ou les chiffres. Le Véritomètre développé par OWNI pour i-télé, va plus loin en proposant un classement des principaux candidats selon leur crédibilité. A l’heure actuelle, le classement suit étonnament bien une graduation gauche-droite classique, plaçant Mélenchon en tête et Le Pen en queue de peloton.

L’autre grande tendance parmi ces applications, c’est l’analyse thématique : l’Observatoire des Discours proposé par Le Monde ou l’application Thema-Tweets proposent d’utiliser l’analyse sémantique automatisée pour révéler les thèmes des discours des candidats.

Des outils pas tout à fait neutres

A notre connaissance, aucune campagne n’a encore eu l’idée de mettre en place son propre comparateur “orienté”. Un candidat osera-t-il en 2017 proposer un tel test dont toutes les réponses aboutiraient finalement à un même résultat : votez pour moi ?

Cela nous ammène cependant à nous poser la question : tous ces tests, tous ces sites sont-ils rééllement neutres ? Sans pouvoir aller jeter un oeil à leur algorithme, difficile à dire, mais il suffit d’avoir les plus petites bases de marketing ou de communication pour savoir que l’articulation d’une question, en particulier une question à choix multiple, oriente forcément la réponse donnée.

On reproche souvent aux instituts de sondages de manipuler l’opinion, mais en se soumettant soi-même à ces questionnaires, on se laisse volontairement manipuler, aussi pures qu’aient pu être les intentions de leurs auteurs. Essayez vous mêmes de vous soumettre à plusieurs comparateurs différents et vous verrez qu’on ne vous conseillera probablement pas toujours le même candidat au bout du compte.

Faut-il ne pas faire confiance au net ?

Pris seul comme outil de décision électoral, l’internet n’est probablement ni plus ni moins dangereux qu’un autre média. On y trouve des infos très orientées et des analyses plus objectives, des manipulations et des révélations. Ce qu’il ne faudrait pas croire, c’est que parce que vous utilisez une application programmée, celle-ci est purement objective. Derrière chaque programme, il y a un programmeur, qui n’est ni plus ni moins neutre que vous et moi.

La politique, c’est plus qu’une série de propositions (qui seront respectées ou pas après l’élection) auxquelles on adhère ou pas, ou qu’un ensemble de discours dont on peut compter chaque mot. Loin d’être inintéressantes, toutes ces applications peuvent s’avérer utiles comme outils d’aide à la décision mais ne devraient certainement pas être prises comme solution rationelle ultime aux questions politiques, sans quoi on pourrait aussi bien laisser les machines voter à notre place.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

4 thoughts on “Présidentielle : Choisir son candidat sur le web, une bonne idée ?”

  1. Bonjour,

    Je me permets de répondre à votre article bien que celui-ci ne parle pas de http://www.quivoter.fr qui représente pourtant plus de 200 000 V.U depuis le 20 mars dernier et qui par son ancienneté (janvier 2012) a certainement inspiré de nombreux autres sites.

    Je tiens donc à répondre à vos interrogations corrigeant par conséquent 3 erreurs de taille à votre article par ailleurs sympathique.
    1/ Quivoter compte en base + de 1500 propositions sans traitement éditorial ni extrapolation journalistique, tirées ex-abrupto des programmes écrits des candidats publiés sur leur site de campagne ou nous ayant été communiqués par ceux-ci.
    2/Quivoter est une expérience visant justement une absolue neutralité et cela demande une grande rigueur dans l’exercice
    3/Je vous accueille (contre article ;-)) à l’agence pour que vous puissiez constater l’absolu neutralité de notre approche.

    Pour conclure, sachez que je ne juge pas d’autres sites qui connaissent d’ailleurs moins de succès que quivoter (question de confiance?), mais je tenais à revenir sur la motivation première de notre démarche qui justement visait à la plus grande neutralité dans un monde bercé par un brouhaha médiatique permanent dominé par le tweet, la rumeur et la projection des analystes.

    Bien à vous

    Yann Dacquay
    Co-éditeur
    http://www.quivoter.fr

  2. à noter aussi l’appli àVoter dans Facebook qui compte plus de 100 000 Votes (Pour, Contre, Blanc) sur les propositions des candidats dont certaines sont adaptées par les équipes de campagnes elles-mêmes
    http://www.facebook.com/aVoter

    Lisez, votez, comparez et partagez votre avis sur votre wall Facebook ou sur un forum dédié à chacun des 10 candidats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This