A la uneActualitéEurope

Progrès numérique: les entreprises et les PME plombent les performances de la France

Avec 2,3 milliards d'euros investis dans la Tech en 2016, d'après le FrenchWeb Invest, ou encore l'attractivité gagnée de Paris face à Berlin, la France devrait faire partie des pays leaders en matière de numérique. C'est pourtant encore loin d'être le cas d'après la dernière édition du DESI, le Digital Economy and Society Index qui place à nouveau la France à la 16e place des pays aptes à tirer profit du numérique. «La France obtient de bons résultats en matière de compétences numériques (9 e place) et d’administration en ligne (9 e place)», note pourtant le rapport de la Commission européenne qui audite les 28 Etats membres. L'an passé, l'Hexagone arrivait déjà derrière l'Espagne, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, alors que le pays était au 14e rang en 2015.

Une fois encore, ce sont les pays nordiques, Danemark en tête, puis Finlande, Suède et Pays-Bas qui dominent ce classement. Mais, depuis la fin 2015, l'index numérique de la France, qui repose sur cinq critères, croît moins vite que celui de l'Union européenne. Parmi eux, celui de la connectivité qui est inférieur à la moyenne européenne, «notamment en raison de la faible couverture en haut débit rapide», note le rapport. «15% des abonnements concernent le haut débit rapide (au moins 30 Mbps) en juin 2015 contre 30% dans l'UE», écrivent les experts de l'UE.

Mais ce sont surtout les entreprises françaises et les PME qui, sur l'intégration des technologies (cloud, facturage, RH, etc.) peinent encore à se mettre au niveau européen, comme le détaille le schéma pour la France.

capture-desi-2

Par rapport à leurs homologues européennes, les PME françaises peinent aussi à se mettre à la page de l'internationalisation, avec le digital.

Capture -desi-index

Grâce à ces diplômés scientifiques et techniques, la France se rattrape néanmoins sur le capital humain et les compétences en matière de numérique dans la société. Plus étonnament, si le rapport note l'intérêt des Français pour les services de banque et d’achats en ligne, il relève aussi «moins de services de communication et de divertissement que les autres Européens». Ces services concernent par exemple le développement de la VoD, ou encore dans la consomation de la musique, jeux et vidéos. «50% des internautes (français) ont lu des journaux ou des magazines en ligne) et ils sont nettement en dessous de la moyenne pour écouter de la musique, voir des vidéos ou pratiquer des jeux sur internet», note le DESI.

Cette année, ce sont la Slovaquie et la Slovénie qui ont vu leur Index DESI progresser le plus rapidement (+0,04 points, contre 0,028 pour la moyenne européenne). 

 

Méthodologie: Le DESI se base sur 5 indicateurs : connectivité, capital humain, utilisation d'internet, intégration des technologies digitales et digitalisation des services publics.

Lire aussi : Progrès numérique: la France perd deux places en Europe

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Progrès numérique: les entreprises et les PME plombent les performances de la France
L’IAD Studio, nouveau moteur d’innovation du groupe IAD
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?