Data RoomDesign

Quand la plateforme mondiale de crowdsourcing, 99designs, débarque en France

Créée en Australie puis installée à San Francisco depuis 2008, 99designs est la principale plateforme mondiale de crowdsourcing en matière de design. Elle revendique pas moins de 190 000 designers dans le monde qui peuvent répondre à des appels d’offres sous forme de concours pour des brochures, logos, cartes de visite, packaging mais aussi web design, bannières publicitaires ou applications mobiles. Chaque mois, 1.5 M$ leur sont reversés soit un total de 43 M$ à ce jour. La commission du site est de 10%. En 2011, la société a levé 35 M$ auprès d’Accel Partners entre autres.

bannier-99designs

En 2012, 99designs a mis la main sur la start-up berlinoise 12designer et ses 20 000 prestataires potentiels et en a fait la tête de pont de son développement européen. 99designs a ouvert fin 2012 un bureau en France, dirigé par Siham Belouadheh en apporte une concurrence sérieuse à des acteurs comme Wilogo ou Withdesigners, Graphistesonline… Pour son lancement en France, 99designs a organisé une série de concours pour séduire les startups locales.

Entretien avec Siham Belouadheh, Marketing Manager France.

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

15 thoughts on “Quand la plateforme mondiale de crowdsourcing, 99designs, débarque en France”

  1. Scandaleux. Le genre de business qui contourne les lois sur le droit du travail, la propriété intellectuelle et crée du dumping. Plus aucun respect pour les graphistes/designers ou comment mettre la corde au cou autour de cette profession.

    Il serait temps que le gouvernement ce penche sur ce genre de concurrence déloyale qui ne fait que détruire de l’emploi surtout dans le contexte économique actuel en France.

    1. Pas du tout d’accord avec le message !
      C’est du réseautage comme un autre. Quand on est au début de sa carrière et qu’on essaye de se faire une entrée dans le milieu du design, des sites comme ça… ça aide quand même pas mal.
      Pareil si tu veux élargir ton champs d’action.
      Si tu es bon, tu peux aller loin grâce à ce site… et te faire repérer. C’est la loi du marché ! Rien de bien nouveau…
      Le contexte économique du pays… étant ce qu’il est… c’est une passerelle comme une autre.

      1. Se faire repérer par qui ?
        Par les PME qui optent pour ces solutions bas de gamme ?
        Celles qui ont pris l’habitude de payer 1,8 € / piste créative ?
        Quel intérêt ?

        Se faire repérer à quel prix !?
        Au prix de la fragilisation d’un marché, celui de l’identité visuelle pour les TPE. Il y a 4 ans, des centaines de graphistes vivaient assez bien de leur activité d’identité pour les TPE.
        Aujourd’hui ce marché a fondu de 70% à cause de ces braderies créatives.
        Résultat : Il n’est plus possible pour un graphiste de vivre de son activité d’identité pour les TPE.
        Donc finalement, à quoi bon se faire repérer ?!

        Il y a des dizaines de sites où les designers montrent leurs créations et leur évolution, les notent, les critiquent, partagent des avis…
        Alors, si tu à besoin d’une audience pour t’entrainer, va plutôt sur ces sites, au moins là, tu trouveras une communauté responsable et professionnelle.

  2. Nous sommes le 10 janvier 10h55, et le message d’Emilien a été écrit le 10 janvier à 14h21

    C’est comment le futur Emilien ? :-)

  3. 43 000 000 € distribués à 190 000 designers = 226 € / designer en 4 ans.
    239 € pour un logo avec 131 propositions en moyenne = 1,8 € / proposition.
    Franchement ces chiffres sont alarmants, il n’y a pas de quoi être fier !

    Ce type de plate-forme est une malédiction, à la fois les designers mais aussi pour les PME qui y déposent des concours !
    Bon, les premiers travaillent gratuitement (130 fois sur 131 !) mais ça maintenant, tout le monde est au courant.
    Mais surtout, les seconds, sous prétexte de payer la moitié des tarifs du marché classique, acceptent des livrables de qualité médiocre (qui sont souvent des contrefaçons), et ce, sans cession convenable des droits d’exploitation, ni préservation de la confidentialité (La vidéo de 99 en est un exemple flagrant car je ne pense pas que France Digitale ai donné sont accord pour que son logo y soit présenté !).

    Bref, PME, Startups, Designers… Fuyez !!

  4. D’accord, une demande existe à des prix abordables.
    Mais ces plateformes telles que 99 designs sont un scandale. En tant que designers on a plus de chances de gagner au loto. N’importe quoi, une centaine travaille et un seul est rémunéré.

    On voit bien qu’ils ont changé leur communication en disant qu’ils sont maintenant une plateforme de mise en relation, mais clients, designers, ne tombez pas dans le panneau!

  5. …Et on ne parle même pas de qualité du travail, je ne préfère pas imaginer la bassesse des réponses graphiques apportées engendré par de telle méthode. Parce qu’en plus, il ne faut pas croire que seulement des designers de formations participent à ce genre d’opération, c’est la porte ouverte à tous (tout) et n’importe quoi !

  6. Wow les gars!

    Ne faites pas la vierge offensée et arrivez en 2013.

    Si vous n’êtes pas d’accord avec ce qui se passe sur le web, déménagez vos affaires hors ligne. Restez dans votre petit monde restreint et gagnez votre vie convenablement sans chialer sur le web.

    99designs n’est juste qu’une option, pas la fin du monde.

    La plupart de vos clients de toute façon, ignorent l’existence même de ce portail de cheap labor de designer. Pas de problème pour votre marché hors ligne.

    Détrompez-vous, la qualité des designs présentés sur 99designs est stupéfiante, j’en ai fait l’expérience. Allez y faire un tour et constatez de vous-même. Êtes-vous à la hauteur?

    Welcome to 2013

    Mario Bruneau
    Qui n’a pas besoin de designers.

    1. Qualité stupéfiante… mais bien sûr.

      Chacun voit midi à sa porte, et par rapport à ce que vous semblez proposer à vos clients « sans avoir besoin d’un designer » c’est bien plus qualitatif, ça c’est certain.

      Personnellement, je ne suis pas menacé par ce type d’offres car nos clients recherchent du « sur mesure », des bons artisans et de l’intelligence créative…

      Néanmoins, je milite pour une certaine éthique, car j’en ai marre de voir encensé par les médias ces initiatives avilissantes et contre-productives qui discréditent toute une profession au prétexte d’une rentabilité mal placée.

      1. Etant donné que vous éditez un service « concurrent », votre remarque n’est pas très objective. :)

        Vos stats qui se basent sur des moyennes ne veulent rien dire. Demandez aux designers qui font plus de 100.000€ par an sur ces plateforme si ils peuvent trouver un meilleur apporteur d’affaire…

        1. La question n’est pas de savoir si les 0,01% des designers à qui profite le système sont satisfait…

          Mais je vous accorde que je ne suis pas très objectif ;)

  7. Bonjour,

    Je suis cliente de ce service. La motivation n’est pas le prix mais l’urgence. Le designer en charge de la création du logo m’a tout bonnement fait faux bond à la dernière minute et son travail conditionne celui du Web Designer.
    Un autre point en faveur du site, c’est la possibilité d’interagir avec les designers en direct, même s’il y a un côté place de marché. Du point de vue client, les designer sont tous égaux. C’est le résultat final qui compte, bref que le meilleur gagne.
    Je ne sais pas quel sera le résultat du concours mais l’objectif n’est pas d’avoir un logo au rabais mais d’avoir un logo qui réponde à mes attentes et dans un délai raisonnable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This