BusinessDecode BusinessMarketing & CommunicationTV

[FW500] Quel avenir pour Webhelp après son rachat par le fonds belge GBL ?

Interview d'Alexandre Fretti, directeur général de Webhelp France

Après près de 20 ans d’existence, Webhelp ne veut plus se limiter à l’Europe. Leader de la relation client sur le Vieux Continent, le groupe français nourrit en effet des ambitions plus larges à l’international, principalement outre-Atlantique. Dans ce cadre, il vient de changer d’actionnaire majoritaire. 

Après le fonds américain KKR qui était aux manettes depuis 2015, c’est la holding belge Groupe Bruxelles Lambert (GBL), contrôlée par les familles belge Frère et canadienne Desmarais, qui reprend le flambeau en s’offrant 60% du capital de Webhelp. Le spécialiste de l’externalisation de la gestion de la relation client et des processus métiers (BPO) est désormais valorisé à hauteur de 2,4 milliards d’euros.

3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2024

Aujourd’hui présent dans 36 pays, le groupe français entend passer la vitesse supérieure. Et pour cause, si Webhelp a doublé son chiffre d’affaires depuis 2016, l’entreprise ne pèse aujourd’hui que 2% du marché mondial. Désormais dans le giron de GBL, l’entreprise se fixe pour objectif de doubler de taille d’ici quatre ans pour atteindre les 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires à horizon 2024, le tout en misant à parts égales sur une croissance organique et une croissance externe. Une accélération qui passe inévitablement par la conquête du marché américain, indispensable pour s’imposer à l’échelle mondiale.

Encore loin des leaders du marché de la relation client, notamment Teleperformance et Concentrix, Webhelp prévoit de multiplier les acquisitions pour étendre son offre de services permettant de gérer les interactions entre les marques et les consommateurs sur l’ensemble des canaux de contact (mobile, réseaux sociaux…). Le groupe veut notamment concentrer ses efforts pour entrer dans l’ère du «conseil augmenté», où la technologie permettra d’éliminer les tâches à faible valeur ajoutée.

Pour rester à la pointe, le spécialiste de la relation client entend également se nourrir de la créativité et de l’agilité des start-up au travers de son programme The Nest, qui s’apprête à souffler sa deuxième bougie et à être dupliqué à l’international l’an prochain. Dans le sillage d’Emmanuel Macron qui souhaite que la France compte 25 licornes en 2025, Webhelp espère identifier et propulser les pépites de demain… en optimisant leur expérience client bien évidemment.

Webhelp : les données clés

Fondateurs : Olivier Duha et Frédéric Jousset
Création : 2000
Siège social : Paris
Secteur : Relation client
Activité : externalisation de la gestion de la relation client et des processus métiers (BPO)
Effectifs : 55 000 collaborateurs
Concurrents : Teleperformance, Concentrix…

FW500 : le classement des 500 entreprises de la Tech française

Pour la quatrième année consécutive, FrenchWeb établit un panorama des entreprises de la Tech française, qu’elles soient start-up, PME ou grands groupes : le FW500.

Le FW500 s’intéresse aux entreprises françaises, leur potentiel, leurs performances (taux de croissance annuel du chiffre d’affaires sur les trois derniers exercices, effectifs…), et ce afin d’établir un classement des sociétés par rapport à leur dynamique de développement.

En partenariat avec :

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[FW500] Quel avenir pour Webhelp après son rachat par le fonds belge GBL ?
FoodTech: quand des anciens d’Uber deviennent des rivaux de Travis Kalanick
IA : Enlitic lève 25 millions de dollars pour détecter plus rapidement les cancers
Ximalaya, le spécialiste chinois des podcasts qui pourrait peser 3,5 milliards de dollars
Entre Netflix et Disney, la bataille du streaming se jouera en Asie dès 2020
La valorisation de DoorDash atteint 13 milliards de dollars après une extension de sa série G
Comment la startup School Tech souhaite digitaliser les écoles supérieures
Share via
Copy link