ActualitéFonds d'investissementInvestissements

Ressources humaines: Randstad veut investir 50 millions d’euros dans des startups

Randstad dispose d’un fonds d’investissement en capital-risque (le Randstad Innovation Fund) depuis avril. Il serait à la recherche de projets portant sur la thématique de l’emploi dans lesquels investir, pour un montant de 50 millions d’euros selon TechCrunch. Il s’intéresse par exemple aux solutions pour améliorer la communication entre employeurs et salariés, aux plate-formes en ligne et solutions sur mobile, à l’exploitation des données dans le domaine des ressources humaine, à la gamification

« Le sourcing via les réseaux sociaux nous paraît très intéressant, pas seulement  sur LinkedIn » a confié Ilonka Jankovich, l’une des associés.

Elle a également décrit l’importance du mobile, dont le développement est « très rapide ».

Des apports de 0,5 à 5 millions d’euros pour des projets en croissance

Le fonds prévoit 4 à 5 investissements par an, en amorçage ou en série A ou B, pour un montant généralement compris entre 0,5 et 5 millions d’euros. Il privilégie les entreprises déjà en croissance, avec un produit déjà commercialisé, donc a priori pas les toutes jeunes start-ups.

Depuis sa création il y sept mois, ce fonds a réalisé quatre investissements: deux aux États-Unis et deux en Europe. Les quatre sociétés concernées sont les plates-formes Gigwalk et Rolepoint, l’Allemande Twago et la Hollandaise VONQ (Qandidate.com).

Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Ressources humaines: Randstad veut investir 50 millions d’euros dans des startups
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link