ActualitéInvestissements

Salesforce lance un fonds de 100 millions de dollars pour investir dans le mobile

Salesforce vient d’annoncer le lancement de Salesforce1, un fonds de capital-risque de 100 millions de dollars pour investir dans des start-ups qui développent des applications mobiles et des produits connectés qui peuvent s’intégrer et compléter la Salesforce1 Platform, la solution de la société pour créer des applications en ligne.

Le fonds a déjà investi dans DocuSign, une start-up spécialisée dans la signature électronique, i.am+, une marque de Will.i.am qui commercialise des accessoires pour iPhone, InsideSales.com, une plate-forme pour accélérer les ventes, et Skuid, une interface pour la création d’applications. L’objectif sera d’accélérer la croissance de ces entreprises et d’y coupler le savoir-faire du géant américain du CRM.

« Le fonds Salesforce1 permettra aux start-ups les plus innovantes de l’industrie à développer des technologies de transformation pour la plate-forme client de salesforce.com » a expliqué John Somorjai, de Salesforce.com. Depuis 2009, Salesforce affirme avoir investi dans plus d’une centaine d’entreprises spécialisées dans le cloud.

A voir également : [Reportage] Au coeur de Salesforce1 World Tour

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Salesforce lance un fonds de 100 millions de dollars pour investir dans le mobile
E-commerce: StockX lève 255 millions de dollars pour une valorisation à 3,8 milliards de dollars
Jeux vidéo
Gaming: le CNC consacrera 4,2 millions d’euros pour les créateurs de jeux vidéo en 2021
Fuites, piratages… : comment éviter que nos données circulent?
«Ma classe à la maison»: la plateforme du CNED de nouveau ciblée par des cyberattaques
Radio France
Face aux géants du streaming, les radios françaises font leur révolution numérique
Michel Devoret Yale Quantum
[DECODE Quantum] A la rencontre de Michel Devoret, Directeur du laboratoire de nanofabrication en physique appliquée de l’Université de Yale