ActualitéBusinessTech

Samsung redoute l’impact imminent du Covid-19 après un premier trimestre épargné

AFP

Le numéro un mondial des smartphones, le sud-coréen Samsung Electronics, a annoncé mercredi une baisse de son bénéfice net au premier trimestre due « partiellement » à la pandémie de nouveau coronavirus et s’est refusé à toute prévision chiffrée pour la suite de l’année. Le bénéfice net a reculé de 3% à 4 880 milliards de wons (3,7 milliards d’euros), lors d’un trimestre déjà rendu plus difficile par la crise sanitaire mondiale. Les résultats enregistrés au 1er trimestre traduisent « partiellement les effets du Covid-19 » qui a fait à ce jour plus de 215 000 morts dans le monde, a écrit Samsung dans un communiqué. Samsung Electronics est la filiale navire amiral du géant Samsung Group, qui domine le monde des affaires en Corée du Sud, la 12e économie mondiale.

En raison de la pandémie du Covid-19, Samsung a été obligé de suspendre l’activité de onze lignes d’assemblage à travers le monde à l’heure où l’on craint une grave récession pour l’économie mondiale. Le groupe note qu’«au second semestre les incertitudes provoquées par le Covid-19 vont persister, la durée et l’incidence de la pandémie demeurant inconnus». La demande pour les cartes mémoire « devrait demeurer soutenue pour les serveurs et les PC car davantage de personnes travaillent depuis leur domicile », estime Samsung. Cependant, le groupe prévoit « une baisse considérable des ventes et des bénéfices » dans l’électronique grand public, qui comprend notamment les télévisions et les smartphones, avec les répercussions de l’épidémie sur la demande, mais aussi « des fermetures de magasins et d’usines dans le monde entier ».

Concernant les ventes de téléphones, « la concurrence sur le marché devrait s’intensifier, selon les prévisions, les industriels s’efforçant de se remettre de la faiblesse du premier semestre ». Woody Oh, de Strategy Analytics, estime que les résultats du premier semestre ne reflètent que « faiblement » les conséquences de l’épidémie du coronavirus qui s’est propagée aux Etats-Unis, en Europe et en Inde, principaux marchés de Samsung.

Impact au deuxième trimestre

« Le véritable impact se fera sentir au deuxième trimestre », estime M. Oh, avant d’ajouter que presque tous les groupes feront état de leurs pires résultats sur la période allant d’avril en juin, où les conséquences de la pandémie auront été les plus graves. Samusung avait placé tous ses espoirs pour 2020 dans le déploiement des réseaux 5G et d’une nouvelle gamme de smartphones premium, parmi lesquels le Galaxy Z Flip, qui se plie en deux. « Alors qu’une contraction du marché mondial des smartphones est attendue en raison de l’épidémie de nouveau coronavirus, la demande pour des smartphones 5G devrait augmenter », avait estimé en mars DJ Koh, patron de la division mobile chez Samsung, lors d’une assemblée générale des actionnaires du groupe.

En février, les ventes mondiales de smartphones avaient chuté de 14% par rapport à l’année précédente, selon les chiffres de l’étude de marché Counterpoint Research. Les ventes de téléphones Samsung sont cependant demeurées stables, l’entreprise ayant réussi à limiter son exposition au marché chinois, très touché. Dans les téléviseurs, le report des Jeux olympiques de Tokyo devrait affaiblir les ventes. Un rapport publié ce mois-ci par le cabinet d’études de marché TrendForce a montré que l’activité de Samsung dans le domaine des puces pourrait être touchée au second semestre par les perturbations logistiques liées au mesures de confinement prises pour lutter contre le coronavirus.

Certaines opérations de conditionnement des puces DRAM, utilisées pour les serveurs informatiques, se font à Luçon, plus grande île des Philippines, qui a été placée en confinement. Par conséquence, si cette mesure perdure, « cela pourrait affecter le calendrier des expéditions des puces DRAM », selon TrendForce. Selon ce cabinet de Taïwan, dans l’ensemble la hausse des prix des puces mémoire devrait être limitée car la pandémie va entraîner une baisse de la demande à partir du second semestre.

Autre souci pour Samsung Electronics: son vice-président Lee Jae-yong, qui est aussi l’héritier du groupe, est rejugé dans le tentaculaire scandale de corruption qui avait entraîné la destitution de la présidente Park Geun-hye, et qui pourrait le renvoyer en prison. Une condamnation priverait le groupe de son principal dirigeant de fait.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Samsung redoute l’impact imminent du Covid-19 après un premier trimestre épargné
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?