Laurence FaguerLes Experts

San Francisco, la ville des plateformes: influence, beauty, fashion, FemTech, community…

Par Laurence Faguer, experte retail FrenchWeb

Le modèle des grandes conférences Top-To-Bottom aurait-il du plomb dans l’aile? C’est l’impression que cela donne dès lors que l’on a goûté au format meetup de la communauté mondiale Fashion & Beauty Tech (FAB) fondée à San Francisco par Odile Roujol.

Hier soir, Odile réunissait chez Google Launchpad la communauté @beautyTechSF pour son 7ème event à SF (déjà !): une soirée à écouter et échanger avec 5 fondateurs inspirants dans le domaine de la beauté et de la mode, partageant leur histoire et leur parcours en tant qu’entrepreneur.

FAB est une découverte pour vous? Tout est décrit sur le site de la communauté et il y se pourrait bien qu’un évènement  soit organisé prochainement «près de chez vous».

Dans ce 1er volet, je vous invite à connaître les entrepreneurs invités. Le 2ème volet vous livrera l’essentiel à retenir de cette soirée d’hier. Assurez-vous de le recevoir en vous inscrivant à ma News.

Pour démarrer, un échange entre deux fines connaisseuses des plateformes et du marketing d’influence dans la Bay Area: Alison Rosenthal fondatrice du VC Leadout Capital et Jennifer Goldfarb, co-fondatrice et executive chairwoman chez IPSY.

«IPSY Glam Bag est le 2ème service d’abonnement aux U.S.»

  Jennifer Goldfarb, IPSY

Jennifer Goldfarb est saluée par Fast Company comme l’une des Most Creative Peope. De fait, la plateforme qu’elle a co-créé, IPSY, est un des grands succès de ces 10 dernières années sur le segment de la beauté.

Pas très éloigné du modèle de Feelunique (Joël Palix, son CEO à l’époque, est venu en décembre dernier à San Francisco expliquer à la communauté FAB le modèle), IPSY s’est créé en 2011 autour d’une communauté, aidé en cela par l’influenceuse Michelle Phan et sa capacité à identifier et engager les key influencers et engager ses propres followers.

La barre des 500 millions de dollars de chiffre d’affaires vient d’être dépassée.

Mission d’Ipsy: «a go-to source for beauty advice and intelligence».

Le modèle est double:

  1. Un abonnement (12 dollars mensuel) pour recevoir un Glam Bag personnalisé d’une valeur d’environ 50 dollars (5 produits deluxe). Le succès est tel que le IPSY Glam Bag est le 2ème service d’abonnement aux U.S. toutes catégories confondues, après Amazon Subscribe & Save. C’est donc le 1er service d’abonnement –et de loin– dans le domaine de la beauté.
  2. E-commerce Web et App réservé aux abonnés. Depuis Novembre 2017, Ipsy propose l’achat de produits avec réductions sous forme de cash back. Un minimum de 10 dollars est à utiliser pour un achat Ipsy. Le cashback expire au bout de 6 mois. Il faut rester abonné pour le percevoir.

Le modèle s’est créé autour d’une communauté engagée d’Influenceurs (vloggers)

Ipsy collabore avec les « creators »: pus de 10 000 vloggers, des experts, restant néanmoins “amateurs” (crédible) en beauté. Bien davantage qu’en se rendant, comme par le passé, aux comptoirs des marques de beauté dans les grands magasins, les clientes millennials découvrent les produits auprès de ces nouvelles voix qui font ‘autorité’. Celles-ci sont un outil marketing d’une valeur inestimable pour Ipsy : chaque influenceur a sa propre micro-cible (diversité). Et il est facile pour une cliente de s’identifier à ces nouvelles «stars des réseaux sociaux».

Les points forts du modèle Ipsy:

  • Un modèle reposant sur l’abonnement ET la vente e-commerce de produits.
  • Au cœur, dès le début : une communauté.
  • Brand content gratuit > Budget acquisition abonnés infime.
  • La personnalisation de la Glam box (et non pas une Glam Box unique pour tous).
  • Fournir aux influenceurs les outilss pour les aider à développer leur propre audience, en allant jusqu’à créer une académie/incubateur: Ipsy Open Studios.
  • Animation de la communauté et diversification des revenus au travers de l’évènementiel.

Deuxième échange, entre Stephanie Palmeri de Uncork Capital et Calgary Avansino de GlamCam. 

La beauté, la mode et les tendances en matière de bien-être sont le terrain de jeu de Calgary Avansino. Calgary Avansino a travaillé 16 ans au British Vogue à différents postes, dont Executive Fashion Director et Digital Project Director. Elle est aussi l’auteur du livre of Keep It Real.

A peine arrivée à San Francisco, venant de Londres il y a deux ans, Calgary Avansino, passionnée par la «clean eating», a fondé Calgaryavansino.com, pour aider les personnes à apporter des changements positifs et sains à leur alimentation en se concentrant sur des ingrédients nutritifs, équilibrés et sains.

Stephanie Palmeri est associée chez Uncork Capital, où elle investit notamment sur les marketplaces. Parmi elles, Poshmark co-fondée par Manish Chandra, la plus grande marketplace pour la mode. Stéphanie a été parmi les 100 premières utilisatrices, au lancement en 2011.

 

 

Le dernier échange réunit 2 entrepreneurs de l’univers de la beauté personnalisée: un VC et 2 fondatrices dans le secteur de la FemTech.

 

Nathalie Dillon est investor dans la société de capital-risque Maveron LLC ,un VC «consumer only». A ce titre, elle est aux avant-postes pour voir passer et étudier d’importants business model Consumer d’envergure internationale. Le portefeuille de Maveron comprend entre autre Allbirds, Everlane. «Ce sont les valeurs de personnes, d’ardeur, d’authenticité et de curiosité qui m’ont fait tomber amoureux de Maveron» explique Nathalie dans un post rédigé lors de son entrée chez Maveron il y a un peu plus d’un an.

 

 

 

  

Nicole Dahlstrom est fondatrice et CEO de FemTech Collective, le premier réseau reliant les femmes qui innovent à travers le monde dans le secteur de la santé.

Elle est également l’ambassadrice pour la Bay Area de Women of Wearables, une communauté de plus de 20 000 femmes qui innovent dans le secteur des technologies Wearables.

 

 

 Ming S. Zhao, co-fondatrice et CEO de PROVEN Beauty

«Proven Beauty, une approche plus démocratique et ouverte à tous” selon Business of Fashion. Une crème de soin pour la peau qui prend en compte, parmi un ensemble de paramètres personnels, votre quantité de «Digital  pollution» ( c’est-à-dire la fréquence à laquelle vous regardez les écrans)?

C’est ce que fait PROVEN Beauty.

PROVEN, lancé en novembre 2018, est la première ligne de soins pour la peau qui combine machine learning et data science pour créer pour chaque client sa gamme de soins personnalisés.

PROVEN considère que chaque personne est unique et extraordinaire, et donc que sa routine beauté doit l’être, elle aussi.

PROVEN s’appuie sur «The Beauty Genome Project», la base de données analytiques la plus complète d’ingrédients cliniquement efficaces pour les soins de la peau jamais créée: 8 millions de commentaires de clients,  la description de 10 000 produits autour du soin de la peau et de 20 000 ingrédients entrant dans leurs compositions, et environ 4 000 articles de revues scientifiques.  Ce qui a valu aux 2 co-fondatrices de remporter le MIT’s 2018 Artificial Intelligence Award.

La nouvelle cliente répond à un questionnaire d’Évaluation de la peau (PROVEN’s Skin Assessment) qui est une série de questions approfondies qui couvrent aussi bien la génétique, l’ethnicité, le climat, le mode de vie et les objectifs recherché par le client pour sa crême. Puis aidé de la datascience, PROVEN va comprendre les corrélations et les interconnexions entre la peau de la personne et les ingrédients qui fonctionnent pour cette personne et va lui proposer une formulation customisée. 

@_jayhack_est le CEO of Mira, le moteur de recherche pour la beauté qui sera lancé le 15 octobre!  Première plateforme «end to end» d’inspirations et d’achats de produits de beauté, basée sur l’intelligence artificielle, Mira permet aux consommateurs de disposer, en un seul lieu personnalisable, d’un immense «hub» de contenus (avis de clients, vidéos…), de faire partie d’une communauté de passionnés qui comme eux sont fans de beauté, et d’acheter des produits. Une nouvelle manière d’apprendre, d’être inspiré et de prendre des décisions d’achat éclairées.

Plus d’une décennie d’expérience universitaire et industrielle en machine learning (computer vision, traitement du langage naturel et de modélisation du comportement consommateur) et en data science, permet à Jay Hack et à son équipe de mettre au point ce service qui démocratise la recherche beauté autour d’une communauté de passionnés. Jay Hack en est certain: «Le futur du e-commerce et de la vidéo passe par la customisation de l’expérience».

Shaina Kande, fondatrice et CEO de Moon + Leaf.

Moon + Leaf appartient à ce segment de marché de la santé que l’on appelle FemTech. Une nouvelle catégorie de plateformes, produits et services qui s’appuient sur la technologie pour améliorer la santé des femmes et leur bien-être, selon la définition qu’en donne Orange Business, Valley, qui constate que « la santé des femmes ne représente aujourd’hui que 4 % du financement global de la recherche et du développement de produits et de services de soins de santé pour les femmes».

Dix années à grimper dans la hiérarchie professionnelle pour aboutir à un quasi burn out ont fait prendre conscience à Shaina Kande que son corps lui envoyait des signaux. « Et si au lieu de nous battre contre nos corps, on se liait d’amitié avec eux ? Et si nos règles n’étaient pas honteuses et cachées, mais un allié qui nous relie à notre santé et à notre pouvoir créateur?» peut-on lire dans la lettre de la fondatrice sur le site de Moon + Leaf.

Plutôt que d’avoir recours à un analgésique supplémentaire pour prévenir les crampes menstruelles, Shaina Kandel préfère que les femmes recherchent des solutions à base de plantes. Sa marque Moon + Leaf leur offre ces solutions: ses produits mélangent du CBD avec des extraits organiques pour traiter naturellement les effets de la menstruation

A l’origine, le CBD est un cannabinoïde présent dans le chanvre ou le cannabis. Les recherches sur le CBD ont mis en lumière qu’il peut apporter, à faibles doses, des effets antalgiques légers et des effets relaxants afin de combattre le stress.

Pour aller plus loins 

Dans Medium: l’essentiel du dernier event à Los Angeles, par Odile Roujol et Camille Çabale-Téhard.

S’inscrire à la newsletter

FAB co creation studio

@BeautyTechSF @BeautyTechParis, @BeautyTechLA, @BeautyTechNY,  @BeautytechTokyo, @beautytechseoul,@BeautytechChina  @BeautytechLondon et @beautytechindia @BeautyTechB @BeautyTechbln  @BeautyTechAf1 @Beautytechspain @beautytechlatam @Beautytechsingr and soon @fab_nz @fabmiami @fabcanada1 @fabphilippines1

La correspondante:

Laurence Faguer est une marketeuse et entrepreneuse « go-between » France et USA, fondatrice de Customer Insight.

A la demande d’entreprises françaises, elle repère en personne les innovations en Digital, Mobile et Retail aux Etats-Unis, avant qu’elles ne soient connues en France, puis les aide à transposer avec succès ces stratégies ayant fait leur preuve aux U.S.

Laurence est expert US pour FrenchWeb qui reprend de temps à autres la publication des articles de son blog.

Tags

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.
San Francisco, la ville des plateformes: influence, beauty, fashion, FemTech, community…
Message aux activistes: comment vraiment changer le monde?
[Bootscaling #3] 8 règles pour faire face à des compétiteurs en hyper-croissance
Chronologie d’une application digitale « thérapeutique » en cancérologie
À quoi ressemble le succès ?
Comment l’audition de Mark Zuckerberg pose la question du rôle de l’entreprise dans la société
Quels besoins pour les médias de demain?
Share via
Copy link