ActualitéBusinessEuropeHR TechInvestissementsLes levées de fondsStartup

Skello lève 6 millions d’euros pour devenir l’outil de gestion RH de référence auprès des points de vente

Le montant

La start-up française Skello, qui propose un logiciel de gestion RH pour les restaurateurs, a bouclé un tour de table de 6 millions d’euros mené par Aglaé Ventures et XAnge. Des business angels, à l’image de Jean-Baptiste Rudelle (Criteo), Thomas Landais (Doctolib) et Gilles Blanchard (SeLoger), ont également participé à l’opération. Celle-ci fait suite à une première levée de fonds de 300 000 euros en septembre 2016.Apple-converted-space »> 

Les objectifs de la Start-upApple-converted-space »> 

Dans un premier temps, la jeune pousse se concentrera sur la France avant de mettre le cap sur le reste de l’Europe. «Ce marché est colossal et représente environ 7 millions de points de vente en Europe», indique Quitterie Mathelin-Moreaux, co-fondatrice et CEO de Skello. Pour accompagner cette accélération, l’entreprise prévoit de recruter 120 collaborateurs supplémentaires d’ici deux ans.

Skello : les données clés

Fondateurs : Quitterie Mathelin-Moreaux, Emmanuelle Fauchier-Magnan, Samy Amar et Thibault Desplats
Création : 2016
Siège social : Paris
Activité : logiciel de gestion RH
Financement : 6 millions d’euros en octobre 2018

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Skello lève 6 millions d’euros pour devenir l’outil de gestion RH de référence auprès des points de vente
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups
tiktok
Face aux pressions de Pékin, les géants de la Tech s’engagent à respecter la concurrence
Imagerie médicale: le Français Imageens lève 1,2 million d’euros auprès d’Anaxago
Alors que le Royaume-Uni se déconfine, Deliveroo anticipe une décélération de sa croissance
Facebook: l’UE enquête sur la fuite des données de plus de 530 millions d’utilisateurs
Instagram
Like ou pas like? Instagram cherche à faire baisser la pression sociale