ActualitéAmérique du sudBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartup

SoftBank et Tencent injectent 150 millions de dollars dans la FinTech argentine Ualá

Les géants asiatiques poursuivent leurs manoeuvres en Amérique latine. Sans surprise, c’est une nouvelle fois le groupe nippon SoftBank et le mastodonte chinois Tencent que l’on retrouve à la baguette pour mener une opération d’envergure dans une pépite du marché latino-américain. 

Les deux entreprises viennent en effet de mener un tour de table de 150 millions de dollars dans la FinTech argentine Ualá, qui développe une application de gestion des finances personnelles. Cette dernière avait auparavant levé 34 millions de dollars en octobre 2018 dans le cadre de sa série B dirigée par la banque d’affaires américaine Goldman Sachs. Au total, la société basée à Buenos Aires a levé 194 millions de dollars depuis sa création.

1,3 million de cartes émises par Ualá en 2 ans 

Fondée en 2016 par Pierpaolo Barbieri, la FinTech Ualá propose une application bancaire mobile qui permet d’accéder à des services similaires à ceux que l’on retrouve dans les néobanques N26, Revolut, Monzo ou encore Nubank. Couplée à une carte Mastercard prépayée qui fonctionne dans le monde entier, l’application permet aux utilisateurs de transférer de l’argent, d’investir dans des fonds communs de placement, de demander des prêts, de payer des factures et de recharger l’abonnement à des services en ligne. Pour enrichir son offre, Ualá a noué des partenariats avec des entreprises comme Netflix (vidéo), Spotify (musique) et Rappi (livraison).

Lancée en octobre 2017, la FinTech argentine revendique 1,3 million de cartes émises dans un pays qui compte près de 45 millions d’habitants. A terme, l’entreprise veut mettre sur orbite une plateforme qui regroupe l’ensemble des services financiers dans une application liée à une carte bancaire. Dans cette optique, ce nouveau tour de table vise à recruter 400 personnes pour renforcer les effectifs de la FinTech. En revanche, cette dernière ne prévoit pas pour l’instant de se lancer dans d’autres pays en Amérique latine.

SoftBank mise 5 milliards de dollars sur l’Amérique latine 

Du côté de SoftBank, ce tour de table de 150 millions de dollars met une fois de plus en lumière ses ambitions dans la région. Cet investissement marque d’ailleurs l’arrivée du groupe japonais en Argentine. Pour rappel, la firme nippone a lancé cette année un fonds de 5 milliards de dollars entièrement dédié au marché latino-américain. Celui-ci est opérationnel en Argentine, au Brésil, au Chili, en Colombie et au Mexique dans les secteurs de l’e-commerce, la santé, la mobilité, l’assurance ou encore les services financiers en ligne, à l’image d’Ualá. 

Ce fonds a d’ailleurs permis à SoftBank de mener un tour de table de 140 millions de dollars il y a quelques jours dans VTEX, une plateforme brésilienne e-commerce utilisée par Walmart. Au moment où le groupe japonais connaît des déconvenues retentissantes avec Uber et WeWork aux États-Unis, la vitalité de la Tech latino-américaine ne peut être que bénéfique pour l’entreprise de Masayoshi Son. 

Tencent prépare une offensive internationale sur le marché du paiement 

Et pendant que SoftBank poursuit sa montée en puissance en Amérique latine, Tencent continue d’investir dans les FinTech les plus prometteuses de la région. Une manière pour le géant chinois d’étendre son influence à l’international et, surtout, de développer des relais de croissance pour réduire sa dépendance aux jeux vidéo, qui restent encore aujourd’hui sa principale activité. Et pour cause, Tencent doit composer avec l’humeur du pouvoir communiste de Pékin qui durcit de temps à autre la régulation des jeux en ligne en Chine, bien que le ton soit à l’apaisement ces derniers mois. 

Ainsi, des investissements dans les FinTech de l’Amérique latine, comme Ualá en Argentine ou Nubank ou Brésil, constituent un moyen pour le groupe chinois, qui détient l’application WeChat, de comprendre et de séduire de nouveaux consommateurs sur un marché différent. Une approche assez logique puisque Tencent, au même titre qu’Alibaba, se met actuellement en ordre de bataille pour conquérir le marché du paiement à l’international.

Ualá : les données clés

Fondateur : Pierpaolo Barbieri
Création : 2016
Siège social : Buenos Aires
Secteur : FinTech
Activité : application de gestion des finances personnelles


Financement : 150 millions de dollars en novembre 2019 auprès de SoftBank et de Tencent…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SoftBank et Tencent injectent 150 millions de dollars dans la FinTech argentine Ualá
La startup R-Pur lève 2,5 millions d’euros pour ses masques anti-pollution
[PORTRAIT] Baptiste Robert, le hacker traqueur de failles à la renommée internationale
[Made in Switzerland] La Suisse à Slush 2019
Les offres d’emploi de la semaine
Huawei porte plainte contre sa mise à l’écart de subventions fédérales aux Etats-Unis
Uber: 6 000 agressions sexuelles enregistrées aux États-Unis en deux ans
Copy link