ActualitéAmérique du nordAsieBourseBusinessFonds d'investissementInvestissementsTransport

SoftBank veut faire chuter la valorisation d’Uber de 30%

Les déboires d’Uber ont fini par irriter le géant japonais SoftBank. La firme nippone a révélé les conditions de son offre pour porter sa participation à au moins 14% au sein du capital de la plateforme de VTC et elles ne vont pas ravir Dara Khosrowshahi, le nouveau patron d’Uber. En effet, SoftBank a l’intention d’acheter des actions d’Uber sur la base d’une décote de 30% par rapport à la dernière valorisation de la firme américaine, selon Bloomberg. Avec une offre à 33 dollars par action, le groupe nippon, soutenu par ses partenaires Dragoneer Investment Group et General Atlantic, injecterait ainsi environ 6 milliards de dollars dans Uber.

L’offre du mastodonte japonais valoriserait ainsi Uber à hauteur de 48 milliards de dollars, contre 68,5 milliards de dollars actuellement. Le coup serait rude pour Uber dans la mesure où la plateforme de VTC verrait sa valorisation ramener à son niveau de 2015. Cependant, la firme américaine pouvait difficilement espérer un autre scénario après la révélation la semaine passée d’un piratage de masse, survenu il y un an, qui a touché 50 millions de clients et 7 millions de chauffeurs d’Uber. De plus, la plateforme de VTC aurait versé 100 000 dollars aux hackers pour qu’ils ne divulguent pas l’existence de cette attaque et détruisent les informations collectées. Ce scandale, un de plus, a fini par contrarier SoftBank, qui, malgré son immense manne financière et ses ambitions au sein d’Uber, ne veut pas voir sa réputation davantage entachée.

Une participation de 17% dans Uber 

Approuvé par le conseil d’administration d’Uber, l’investissement permettra à SoftBank de s’octroyer une participation de 17% dans la firme américaine. Avec cette part, SoftBank obtiendrait deux sièges au conseil d’administration d’Uber, lui octroyant ainsi un poids conséquent dans les décisions stratégiques de la plateforme de VTC.

L’investissement de SoftBank dans Uber a été rendu possible par l’accord trouvé entre Travis Kalanick, l’ex-patron de la firme américaine poussé vers la sortie en juin, et le fonds californien Benchmark, qui avait oeuvré pour écarter Travis Kalanick. L’accord entre les deux parties prévoit que Benchmark retire sa plainte contre Travis Kalanick et que ce dernier autorise le conseil d’administration à donner son avis, via un vote, sur les prochains administrateurs de la société.

L’arrivée de SoftBank doit permettre à Uber de préparer son entrée en Bourse, prévue pour 2019. En se laissant une année de marge, Dara Khosrowshahi espère disposer de suffisamment de temps pour redorer le blason d’Uber, fortement entaché par une avalanche de scandales (vol de technologiesmensonges sur les revenus de ses conducteurs, culture sexiste en interne aux États-Unis, espionnages des chauffeurs de Lyftdémission de Travis Kalanicklicence d’exploitation retirée à LondresUberPOP banni de plusieurs pays européens…), et récupérer la confiance des investisseurs. «Nous avons tous les inconvénients d’une entreprise cotée, avec les projecteurs braqués sur nous, sans aucun des avantages», avait justifié le CEO d’Uber début novembre dans le cadre de la conférence DealBook organisée par le New York Times. La position de l’ancien patron d’Expedia tranche radicalement avec celle de Travis Kalanick, son prédécesseur, qui voulait qu’Uber reste une société privée le plus longtemps possible.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
SoftBank veut faire chuter la valorisation d’Uber de 30%
Confinement: comment les géants américains ont profité de l’explosion du temps passé sur Internet
Hyperconnexion : « se connecter aux autres pour éviter de se connecter à soi-même »
French Tech : Alexandre Fretti quitte Webhelp pour prendre la tête de Malt
SoftBank lance un fonds de 100 millions de dollars dédié aux entrepreneurs issus de la diversité
Digital Virgo rachète DOCOMO Digital Solutions pour asseoir son expansion internationale
Cloud: Paris et Berlin s’allient « pour une infrastructure européenne de données »
Copy link