AcquisitionActualitéAmérique du nordBusinessInvestissementsStartupTech

WeWork s’offre Meetup pour développer sa communauté

WeWork, start-up créée en 2010 pour réinventer l’espace de travail, multiplie les acquisitions. Le spécialiste des espaces de coworking a annoncé le rachat de la société new-yorkaise Meetup, qui développe une plateforme pour créer des rassemblements à partir d’un intérêt commun. Les modalités financières de l’opération n’ont pas été dévoilées.

Actuellement valorisée 20 milliards de dollars, WeWork propose aux particuliers, aux freelances, aux entrepreneurs, aux start-up ou même aux artistes de louer des espaces de travail en commun ou des salles de conférences pour disposer d’un cadre de travail à moindre coût mais aussi organiser des événements. Et c’est justement sur ce dernier point que Meetup peut enrichir l’offre de WeWork.

WeWork enchaîne les investissements depuis 6 mois

Fondé en 2002 par Brendan McGovern, Matt Meeker, Peter Kamali et Scott Heiferman, Meetup était un pionnier en ligne à son lancement pour aider des groupes de personnes à organiser des rassemblements basés sur des intérêts communs. Meetup permet en effet à ses membres de rencontrer des groupes unis par des passions ou des causes communes, comme l’engagement citoyen, la technologie, le sport ou encore la culture, en fonction des zones géographique. De cette manière, les gestionnaires des groupes peuvent créer des événements durant lesquels les membres de leur communauté peuvent se rencontrer physiquement pour échanger.

A ce jour, Meetup revendique 32 millions de membres et 288 000 groupes dans 182 pays à travers le monde. Chaque mois, la plateforme affirme qu’elle permet de générer plus de 600 000 rassemblements. Cependant, le succès de la société s’est essoufflé face à l’émergence des réseaux sociaux, à l’image de Facebook qui rassemble des communautés avec ses groupes en ligne.

Meetup vient donc renforcer l’idée de communauté que WeWork a voulu faire émerger depuis sa création. Dans ce sens, le géant américain n’a pas hésité à multiplier les investissements au cours de ces derniers mois. Le fournisseur d’espaces de travail a notamment mis la main sur Fieldlens, un système de communication pour les professionnels du bâtiment, la start-up singapourienne Spacemob, qui propose des espaces de coworking, ou encore la Flatiron School, école new-yorkaise de codage. Cet été, WeWork a également levé 4,4 milliards de dollars auprès de SoftBank. A ce jour, le géant du coworking compte 255 espaces de travail répartis dans 58 villes de 21 pays dans le monde.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This