/ Brand Content09 - SeptembreAgenda

Super développeur cherche entreprise attractive, dynamique et flexible

[Contenu proposé par Michael Page]

Ce n’est pas nouveau : le marché de l’IT est un marché en plein essor, porté par des entreprises qui recrutent, un déficit flagrant de candidats potentiels, des technologies, et des métiers qui évoluent sans cesse. Ce marché, particulièrement tourné «candidats» (plus d’offres de postes que de postulants), ne peut plus et surtout ne doit plus être adressé de la même façon que des marchés «traditionnels».

Ce constat, fruit de l’expérience des 1500 missions de recrutement par an que nous menons au sein de PageGroup en France dans le domaine de l’IT, est encore plus vrai sur les profils de développeurs. Evoquons ce marché spécifique au sein du monde de l’informatique.

Développeur : le candidat roi

En effet, les développeurs constituent une communauté de candidats à part : véritables piliers d’un département Informatique, ils se révèlent spécialisés (par technologie : PHP, JAVA, etc.), donc rares, donc exigeants, donc chers. Soucieux d’intervenir dans un environnement technologique précis, ils se montrent particulièrement regardants quant aux conditions dans lesquelles ils pourront travailler. Si le projet technique ne leur plaît pas, même pas utile de tenter de leur faire une proposition ! Rémunération en dessous du marché ? Adieu recrutement. Locaux inaccessibles en transport et loin de toute vie sociale ? Passez votre chemin.

L’IT : des rémunérations qui s’envolent

Bien évidemment, cet effet de rareté s’accompagne d’écarts non-négligeables sur les rémunérations : ingénieur en développement vs ingénieur dans l’industrie par exemple, le combat salarial s’avère déséquilibré. A diplôme équivalent (Bac+5), le candidat issu d’une filière informatique en développement pourra facilement percevoir dès son premier poste de 5 à 8 K€ bruts annuels de plus que son camarade issu d’une filière « industrielle ».

Recruter des développeurs : un véritable challenge pour les entreprises

Ainsi, même des grands groupes aux valeurs internes établies depuis longtemps sont amenés à revoir leurs modèles afin de pouvoir attirer ces profils. Et les garder ! Il n’est pas rare depuis quelque temps de voir ces grands groupes s’adapter plus aux développeurs que les développeurs ne s’adaptent à eux : flexibilité poussée à son paroxysme (horaires lâches, télétravail très répandu…) ; dress code moins « strict » et formel ; ambiance de travail détendue (babyfoot, consoles…). Soit le paradis du « work-life balance » ! Ces aménagements, plutôt novateurs au vu des habitudes de travail « à la française », doivent permettre de séduire d’avantage ces profils rares.

Dans ce contexte, les politiques de recrutement sont également amenées à évoluer : les annonces ou autres salons d’emploi ne suffisent plus pour identifier et embaucher des talents dans le domaine du développement. Il est nécessaire de mettre en place de nouveaux modes de communication, voire des opérations spéciales : hackathons, « piscines » sponsorisées, conférence de communautés de développeurs, concours de développement sont autant d’exemple d’événements permettant de sensibiliser et de toucher un public pas toujours visible par les recruteurs.

A force, on ne sait plus qui recrute qui : adieu l’ère du «Je vous recrute», bienvenue à l’ère du «Nous nous recrutons mutuellement» !

Développeur ? Viens challenger nos équipes le 25/09 @SparklingVR!

Inscris-toi vite !

Tags
Plus d'infos

FrenchWeb

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer