ActualitéBusinessFinTech

Tech et éthique: comment la finance islamique attire de nouveaux clients

AFP

« Est-ce halal d’acheter des actions Tesla? », se demande un jeune de confession musulmane sur Twitter. Pour attirer les investissements de cette population grandissante et toujours plus connectée, le secteur de la finance islamique mise sur la technologie et sur leurs exigences éthiques. Sur l’application Zoya, on apprend que l’action du constructeur de voitures électriques américain Tesla est à 96% charia-compatible, selon les critères de l’Organisation de comptabilité et d’audit pour les institutions financières islamiques.

La plateforme en ligne Wahed Invest se base sur les mêmes critères pour investir « de manière éthique » l’épargne de dizaines de milliers de clients dans 130 pays. Après s’être lancée aux Etats-Unis, c’est au sein de l’accélérateur de fintechs -startups qui marient finances et technologies- du centre financier de Dubaï que Wahed s’est installée pour cibler les marchés du Moyen-Orient. Avant que les mesures de lutte contre le coronavirus ne les poussent au télétravail, c’est dans un open-space flambant neuf de l’accélérateur émirati que se réunissaient entrepreneurs et entrepreneuses, vêtus des traditionnelles robes et abayas, en jean et chemise ouverte ou simple t-shirt.

« Contribuer positivement au monde »

Selon les interprétations des textes religieux, la finance islamique interdit ou limite le recours aux taux d’intérêts et exclut l’investissement dans des secteurs comme l’alcool, le tabac, les armes, la viande porcine ou encore la pornographie. « Deux choses se dégagent des textes: il faut que l’investissement ait un impact économique réel, non lié à la spéculation, et il doit contribuer positivement au monde », ajoute Mehdi Benslimane, chargé de l’expansion internationale de Wahed Invest. Dans un rapport publié avant la pandémie, l’agence Standard&Poor’s relevait que le secteur de la finance islamique pesait environ 1 900 milliards d’euros et prévoyait une croissance « lente ».

Mais l’effondrement des marchés en raison du Covid-19 a déjà des répercussions susceptibles de faire plonger le secteur: l’émission d’obligations charia-compatibles par la Dubaï Islamic bank a par exemple été retardée, selon des médias locaux. Dans le rapport de S&P, les nouvelles technologies étaient toutefois présentées comme une opportunité d’accélération du secteur grâce à la sécurisation et la démocratisation de l’accès aux services islamiques, d’autant plus que ceux-ci « ont des points communs avec les considérations liées à l’environnement ».

Réputés peu risqués et fondés sur le partage des profits mais aussi des pertes en cas de crise, les produits financiers islamiques attiraient en effet déjà au-delà de la sphère musulmane et sont désormais présentés par le think-tank Responsable Finance & Investment (RFI) Foundation comme des produits adéquats pour répondre à la crise du coronavirus en raison de leur ancrage dans l’économie réelle. « Je suis un fermier, je veux vendre du lait mais il me faut des vaches. Dans la finance traditionnelle, un investisseur me prête de l’argent pour les acheter et je le rembourse avec des intérêts », résume Talal Tabbaa, fondateur d’une plateforme qui permet notamment de sécuriser les transactions entre investisseurs et startups.

Pour contourner l’interdiction des taux d’intérêts dans la finance islamique, l’investisseur achète les vaches, les loue au fermier qui lui paye un loyer grâce aux profits de la vente du lait et rachète à terme les vaches. C’est le principe d’un sukuk, un emprunt ou obligation islamique: l’investissement est matériel et les risques partagés. Dans le cadre de la crise du coronavirus, les profits des investissements réalisés dans les industries comme celle des équipements de protection pourraient être reversés à des associations, ajoute le groupe de réflexion RFI Foundation. Mais l’émission d’un sukuk reste peu automatisée, selon M. Tabbaa, un frein en temps de crise.

Double barrière 

Pendant longtemps, la priorité a été de « faire grossir le marché », aujourd’hui le « manque d’innovation et d’optimisation » des services financiers islamiques est criant, renchérit le jeune saoudien Mohammed Alsehli, PDG de Wethaq Capital, fintech installée dans le hub de Dubaï. Les startups y sont « mises en contact avec le Centre pour le développement de l’économie islamique de Dubaï, des experts religieux, les banques islamiques et les régulateurs financiers », explique la directrice de l’accélérateur -le plus important de la région- Raja al-Mazrouei.

Couverte d’un élégant voile noir, cette ex-informaticienne et alumna d’Harvard explique utiliser personnellement une application d’investissement non conforme à la charia: « je suis flexible (…) mais sur les marchés où la demande est forte comme en Malaisie ou en Arabie saoudite, il faut pouvoir proposer ces services ». « Les fintechs traditionnelles peuvent présenter leur idée partout dans le monde. Le défi pour les fintechs islamiques est d’avoir accès aux régulateurs, comme ici à Dubaï, et de passer le test religieux », ajoute-t-elle, évoquant une double barrière. Ce test, en l’absence de normes internationales, limite aussi l’automatisation des transactions islamiques. Selon M. Tabbaa, le fonctionnement des conseils d’experts religieux qui approuvent les produits financiers « n’a rien de technologique, c’est très manuel et, selon moi, subjectif »

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Tech et éthique: comment la finance islamique attire de nouveaux clients
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?