BusinessDecode BusinessTechTV

Tech for Good : Paul Duan, le fondateur de Bayes Impact, veut instaurer le service public citoyen

Pour Society en décembre 2015, il était le «petit génie» qui «peut vaincre le chômage en France» avec une formule choc : «Avec un simple algorithme, on peut réduire le chômage d’au moins 10%.» A l’époque, cette petite phrase avait autant fasciné qu’agacé. Et pour cause, Paul Duan affichait à voix haute son ambition pour éradiquer le fléau qui ronge encore la France. A ce jour, le taux de chômage touche 9,1% de la population active, renforçant la conviction du jeune entrepreneur qu’il est possible de le réduire à la force des algorithmes.

Pour mettre ces derniers au service du bien commun, Paul Duan a créé en 2014 l’ONG -et non pas une start-up- à San Francisco. Au-delà de l’emploi, cette structure vise à s’attaquer à de nombreuses problématiques qui impactent le quotidien de tous les citoyens. Bayes Impact cherche ainsi à optimiser les parcours de soin dans les hôpitaux, à lutter contre les violences policières en Californie ou encore à rendre les prêts des instituts de micro-finance plus accessibles en Afrique.Napoleons qui s’est tenu cet été à Arles du 18 au 21 juillet, Paul Duan a exposé sa vision derrière cette idée et de quelle manière il est possible de la mettre en place dans un contexte de défiance vis-à-vis des géants du numérique, Google et Facebook en tête.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Tech for Good : Paul Duan, le fondateur de Bayes Impact, veut instaurer le service public citoyen
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Location de bateaux : Click&Boat s’empare de son rival espagnol Nautal
Copy link