BusinessFrenchWeb BusinessLes émissionsTech

Tech for Good : Paul Duan, le fondateur de Bayes Impact, veut instaurer le service public citoyen

Pour Society en décembre 2015, il était le «petit génie» qui «peut vaincre le chômage en France» avec une formule choc : «Avec un simple algorithme, on peut réduire le chômage d’au moins 10%.» A l’époque, cette petite phrase avait autant fasciné qu’agacé. Et pour cause, Paul Duan affichait à voix haute son ambition pour éradiquer le fléau qui ronge encore la France. A ce jour, le taux de chômage touche 9,1% de la population active, renforçant la conviction du jeune entrepreneur qu’il est possible de le réduire à la force des algorithmes.

Pour mettre ces derniers au service du bien commun, Paul Duan a créé en 2014 l’ONG -et non pas une start-up- à San Francisco. Au-delà de l’emploi, cette structure vise à s’attaquer à de nombreuses problématiques qui impactent le quotidien de tous les citoyens. Bayes Impact cherche ainsi à optimiser les parcours de soin dans les hôpitaux, à lutter contre les violences policières en Californie ou encore à rendre les prêts des instituts de micro-finance plus accessibles en Afrique.Napoleons qui s’est tenu cet été à Arles du 18 au 21 juillet, Paul Duan a exposé sa vision derrière cette idée et de quelle manière il est possible de la mettre en place dans un contexte de défiance vis-à-vis des géants du numérique, Google et Facebook en tête.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Tech for Good : Paul Duan, le fondateur de Bayes Impact, veut instaurer le service public citoyen
Comment Facebook veut surfer sur la popularité de l’audio, entre podcasts et « salons de conversations »
Comment la vente de végétaux se fait une place en ligne
Blast, un programme pour aider les startups françaises à marcher dans les pas de SpaceX
GameStop annonce le départ de son directeur général, l’action flambe en Bourse
Zoom lance un fonds de 100 millions de dollars pour les développeurs d’applications
Cryptomonnaies: alors que le marché s’envole, le Royaume-Uni travaille sur sa propre monnaie numérique