ActualitéBusinessTech

[TL;DR] Les news Tech qu’il ne faut pas manquer ce 19/03

Tous les soirs, le meilleur de l’actu Tech est dans le TL;DR de FrenchWeb.

TL;DR (sigle invariable) (XXIe siècle) : initiales de « too long; didn’t read »,
soit littéralement « trop long ; pas lu »
1. (Internet) Pour exprimer que le message qui a été envoyé n’a pas été lu parce qu’il était trop long
2. (Internet) Pour exprimer que ce qui suit est un résumé du texte trop long


Ermeo lève 2,5 millions d’euros pour épauler les techniciens pendant les opérations de maintenance. Avec sa solution, Ermeo veut mettre fin à la perte de temps colossale des techniciens pour manier des manuels d’intervention et remplir des formulaires papier.

Pourquoi c’est important : La société estime qu’elle offre un gain de productivité de 25% à 50% lors des opérations de maintenance des techniciens. A ce jour, la start-up basée à Paris compte une quarantaine de clients grands comptes, dont la SNCF, Total, Engie, Sodexo ou encore Eiffage. Ce tour de table doit permettre à Ermeo de consolider sa position sur le marché français cette année. Par la suite, la société envisage de s’étendre à l’international, dès 2019, notamment en Europe, au Royaume-Uni et en Allemagne, mais aussi aux États-Unis.


Made.com lève 45 millions d’euros pour accélérer sa croissance dans la vente de meubles en ligne. L’entreprise annonce un chiffre d’affaires de 143 millions d’euros en 2017 et une croissance annuelle de 40%.

Pourquoi c’est important : L’entreprise profite également de cette levée pour annoncer la nomination d’Adrian Evans au poste de directeur financier. Ce dernier rejoint Made.com après une carrière au sein du groupe Yoox Net-a-porter. Made.com revendique une gamme de produits en croissance de 40% depuis début 2016 pour un total de 3 500 produits, et une moyenne de deux nouvelles collections lancées chaque semaine. L’entreprise est dirigée par Philippe Chainieux, ancien directeur général de Meetic.

Crédit: Capture Made.com

Alibaba injecte 2 milliards de dollars de plus dans Lazada pour s’étendre en Asie du Sud-Est. Lazada revendique 560 millions de clients en Asie du Sud-Est.

Pourquoi c’est important : Avec désormais 4 milliards de dollars injectés dans Lazada, Alibaba entend renforcer son emprise sur sa filiale singapourienne. Cette offensive d’Alibaba hors des frontières chinoises doit lui permettre de trouver de nouveaux relais de croissance pour continuer à doper sa croissance mais aussi à contester l’hégémonie d’Amazon à l’international. Car si Alibaba génère toujours plus de 80% de son chiffre d’affaires grâce à ses différentes plateformes de vente, le groupe chinoise doit se préparer à une plus faible progression de ses bénéfices en raison du ralentissement de la croissance de l’économie chinoise.

Crédits : Shutterstock.

N26 lève 110 millions d’euros pour se lancer aux États-Unis. La banque mobile allemande revendique plus de 500 000 clients dans 17 pays européens.

Pourquoi c’est important : Le lancement officiel de la néobanque berlinoise outre-Atlantique est prévu pour juin prochain avec l’ouverture d’un bureau à New York, où seront basés au moins huit collaborateurs. La nouvelle a été annoncée la semaine dernière aux employés de la FinTech allemande par Valentin Stalf, co-fondateur et CEO de N26. «Nous sommes maintenant prêts à s’étendre et à dominer le marché américain», a-t-il déclaré. Outre les États-Unis, la banque mobile prévoit également de se lancer au Royaume-Uni avant la fin de l’année. Parmi la jungle de néobanques qui ne cessent de fleurir, N26 doit notamment faire face au Britannique Revolut, qui revendique 1,5 million d’utilisateurs.

Crédits : N26.

Ornikar lève 10 millions d’euros pour donner une nouvelle impulsion à son auto-école en ligne. La société va aussi élargir son offre à la vente de voitures et d’assurances jeune conducteur.

Pourquoi c’est important : La start-up parle de cette levée de fonds comme «d’un tournant décisif» et «d’une belle revanche». L’histoire d’Ornikar a en effet été jalonnée de procès, notamment provenant d’associations et de syndicats de l’apprentissage de la conduite qui s’opposaient à ce modèle d’enseignement. Présente dans 250 villes françaises, elle compte étendre ses services à d’autres pays européens d’ici la fin de l’année. En France, Ornikar vise 15% des parts de marché d’ici fin 2018.

Crédit: Ornikar.
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This