A la uneEuropeHealthcareHR TechManagement

[TOP 100] MonDocteur croit toujours à la cooptation pour recruter

MonDocteur, KelDoc, Allodocteur, Doctolib… Les nouvelles plateformes pour réserver son rendez-vous médical font florès. Mais en interne, comment font-elles pour se différencier et attirer les talents dans leur entreprise?

Classée 8e parmi les entreprises qui vont recruter le plus début 2017, MonDocteur cherche des développeurs et des commerçiaux pour développer sa présence en France.

Rachetée en 2013 par Doctissimo, la marque santé du groupe Lagardère, MonDocteur revendique 10 millions de visiteurs uniques par mois et 9 000 cabinets médicaux référencés. Au total, elle a reçu un soutien financier de 15 millions d’euros de la branche Lagardère Active.

Fondateur: Thibault Lanthier, Benoit Grassin, Nicolas Klein

Siège: Paris

Date de création: 2013

Effectifs: plus de 150

Nombre de recurtements prévus: 200

Place dans le classement : 8ème

Type: développeurs, commerçiaux, suivi clients

FrenchWeb se mobilise et organise la sixième semaine de l’emploi dans le numérique (#SEN6) toute la semaine (portraits, interviews, offres d’emploi, tables rondes…). L’opération #SENFW, destinée à valoriser les opportunités d’emploi dans ce secteur, a lieu tous les 6 mois.

Lire aussi: 

Uber et le Français MonDocteur transportent le patient vers son médecin

Acquisition de mondocteur.fr par Doctissimo : « nous doublons le nombre de rendez-vous pris chaque mois »

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[TOP 100] MonDocteur croit toujours à la cooptation pour recruter
[We Love Innovation] L’heure du renouveau pour Withings après deux ans chez Nokia
Yandex s’effondre en Bourse
Ça souffle trop fort pour Dyson, qui abandonne son projet de voitures électriques
Publicis ne voit plus de croissance, plombé par ses activités traditionnelles et pas assez de numérique
La startup derrière Tchap, le WhatsApp du gouvernement, lève 8,5 millions de dollars
OVHcloud ne veut pas vivre le fiasco du cloud souverain
Copy link