ActualitéEuropeStartupTech

Tristan Nitot rejoint Cozy Cloud: « Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est la perte de contrôle sur les données personnelles »

« Cela fait des mois, des années même, que le sujet du contrôle de nos données dans un monde connecté me titille, me démange », écrivait en janvier Tristan Nitot sur son blog personnel. A 48 ans, le fondateur de Mozilla Europe fait de ses actions en faveur de la préservation des données personnelles une priorité.

« Mozilla se porte bien, le marché des navigateurs aussi. Il y a une concurrence saine. Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est la perte de contrôle sur les données personnelles. C’est encore un débat de spécialistes, d’informaticiens, et il faut que ça change », confie-t-il ce mercredi à FrenchWeb.

« J’ai envie d’avoir les mains dans le cambouis »

Après avoir quitté en février dernier ses fonctions opérationnelles au sein de la fondation abritant le célèbre navigateur Firefox, il annonce aujourd’hui avoir rejoint les équipes de la start-up Cozy Cloud. Elle édite un logiciel libre (open source) baptisé simplement « Cozy» permettant aux particuliers de garder le contrôle sur leurs données personnelles en les hébergeant sur un serveur qu’ils connaissent, sur lequel ils ont la main si nécessaire. Tristan Nitot vient d’y entrer en tant que directeur produit (Chief Product Officer). « Je suis un fainéant: pour travailler il me faut quelque chose de vraiment motivant, l’impression d’être utile, de faire des choses qui ont un impact et qui ne sont pas faciles » raconte-t-il à FrenchWeb pour justifier son choix. Avant de préciser:

« Mozilla est une histoire géniale, c’était intéressant au début quand c’était un projet entrepreneurial, mais aujourd’hui c’est devenu une société de taille moyenne, internationale. Cela faisait une éternité que j’étais chez Mozilla et j’y étais de moins en moins heureux. Cela ne me convenait plus. J’ai envie d’avoir les mains dans le cambouis, d’être dans une petite équipe, soudée, auto-motivée » confie-t-il.

Au sein de cette équipe resserrée de quatorze personnes, il arrive avec sa notoriété et son carnet d’adresses. Sa mission ? Faire connaître la plate-forme « Cozy » (sur laquelle peuvent se greffer des applications), trouver des utilisateurs et des développeurs pouvant enrichir le système en développant des applications compatibles.

Le logiciel « Cozy » est encore en version bêta. A terme, il comprendra plus d’une douzaines de fonctionnalités permettant de gérer un emploi du temps personnalisé, un carnet d’adresses, des photos, des documents écrits, des courriels, des fichiers audios, etc. Tous ces contenus peuvent être synchronisés avec n’importe quel terminal. A terme, l’utilisateur pourra faire des mashup de ses propres données.

 Un ouvrage bientôt terminé sur « la vie privée et la surveillance de masse »

Fondée en octobre 2012, la start-up francilienne qui l’édite est dirigée par Benjamin André (président) et Frank Rousseau (directeur général). Le logiciel – disponible au téléchargement gratuitement (sur serveur ou sur ordinateur) – sera commercialisé en B to B to C via des partenariats avec des hébergeurs qui proposeront ainsi un service différenciant à leurs clients. Des discussions sont en cours avec le nordiste OVH.

De son côté, Tristan Nitot poursuit en parallèle un autre projet. Il termine actuellement la rédaction d’un livre portant sur « la vie privée et la surveillance de masse », sur lequel il avance en mode collaboratif via son blog grâce aux remarques faites au fur et à mesure par les internautes.

« Ce livre est presque terminé, je suis à la fin de la troisième partie. Il faut encore que j’écrive la quatrième partie (…) Elle portera sur l’éducation à une bonne « hygiène informatique » c’est-à-dire comment faire pour limiter la fuite de nos données dans notre vie quotidienne. Ce n’est pas un livre d’intellectuel c’est un livre pédagogique ! », lance-t-il.

Il hésite encore entre faire appel à un éditeur ou simplement mettre l’ouvrage en accès libre sous forme d’eBook.

Ancien de Netscape dans les années 1990, Tristan Nitot est également membre du Conseil National du Numérique, présidé par Benoît Thieulin.

Crédit photo de Une: Robin Nitot
Tags

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This