A la uneAmérique du nordEurope

Troy Malone (Weebly): «Nous voulons construire une communauté de passionnés en France»

Cela fait trois mois que Weebly a planté son drapeau en France avec une stratégie bien particulière. La plateforme américaine de la création simplifiée de sites Internet vise les micro-entreprises françaises mais pas uniquement. Elle cherche aussi à capter une communauté de «passionnés, salariés de 9h à 5h qui travaillent sur un projet passion le soir.» Créée à San Francisco en 2006, l'entreprise aux 30 millions d'utilisateurs dans le monde comptait déjà plusieurs milliers de clients dans l'Hexagone, mais quelle est son approche pour séduire ses cibles?

Après une levée de fonds en 2014 sur une valorsation de 455 millions de dollars, Weebly doit faire face à de nombreux acteurs qui proposent des services similaires. Pour se différencier, elle entend proposer un meilleur suivi clients et d'avantage de services. Alors que son modèle repose sur le freemium, l'Américain va se concentrer sur l'expérience mobile dans les prochains mois. 

Quelles sont les metrics scrutées par Weebly pour mesurer son développement sur le marché français? Combien la société compte-t-elle investir pour devenir un leader en France? De passage à Paris, depuis le siège à San Francisco, Troy Malone, vice-président International Operations chez Weebly, est venu expliquer les amibitions de Weebly en France.

VIDÉO: L'interview (en anglais) de Troy Malone, vice-président International Operations chez Weebly

Country manager France : Anh-Tho Chuong

Création : 2006

Siège social : San Francisco

Activité : plateforme de création de sites Web

Concurrents: Wix, Strikingly, Squarespace, Webs, Jimdo

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Troy Malone (Weebly): «Nous voulons construire une communauté de passionnés en France»
PropTech : Garantme lève 4 millions d’euros pour être le garant des particuliers et des entreprises
Location de bateaux : Click&Boat s’empare de son rival espagnol Nautal
Marseille: un data center inauguré dans une ancienne base allemande de sous-marins
Cloud: Renault choisit Google pour mieux exploiter ses données industrielles
Axeleo Capital réunit 35 millions d’euros pour lancer son fonds dédié à la PropTech
eCommerce : Shipup lève 6 millions d’euros pour prendre son envol sur le marché américain
Copy link