ActualitéBusinessJeux Video

Ubisoft se délivre de Vivendi et s’allie avec Tencent

C’est officiel, Vivendi, le groupe de médias dirigé par Vincent Bolloré, annonce la cession de sa participation de 27,27 % dans le capital d’Ubisoft pour 2 milliards d’euros. Près de trois ans après le raid boursier qui avait vu Vivendi progressivement monter dans le capital d’Ubisoft avec la volonté afficher de mettre la main dessus, Vincent Bolloré sonne la fin de la partie.

8,1 % des parts sont directement cédées à Ubisoft, 2,7 % à la famille Guillemot, fondatrice de la société, 3,4 % sont acquises par le fonds de pension Ontario Teachers et 8 % seront placées sur le marché par JP Morgan. Cette opération signe aussi l’arrivée du géant chinois du numérique Tencent à hauteur de 5 %, dans le cadre du partenariat stratégique qui doit permettre à Ubisoft de se renforcer sur le marché chinois.

Vivendi souhaitait créer « une convergence opérationnelle »

« Une fois toutes les opérations réalisées, Vivendi ne sera plus actionnaire d’Ubisoft et s’est engagé à ne plus acquérir d’actions Ubisoft pendant une période de 5 ans », peut-on lire dans le communiqué. Il faut dire que Vincent Bolloré avait mis Ubisoft sous pression. Au-delà de sa montée au capital du créateur de Rayman ou encore d’Assassin’s Creed, Vivendi était parvenu en 2016 à prendre le contrôle de Gameloft, entreprise spécialisée dans les jeux mobiles, et également fondée par les frères Guillemot. À l’époque, Vivendi expliquait que sa vision était d’opérer « une convergence opérationnelle entre les contenus et les plates-formes de Vivendi et les productions d’Ubisoft ».

Une plus-value d’1,2 milliard d’euros

Mais même si Vincent Bolloré n’est pas arrivé à ses fins pour Ubisoft, face à la résistance de la famille Guillemot qui dénonçait son projet et qui est parvenue à mettre les autres actionnaires de son côté, l’opération n’est pas perdante d’un point de vue financier. Vivendi effectue une plus-value d’1,2 milliard d’euros.

Le groupe ne met pas non plus fin à ses ambitions dans le secteur du jeu vidéo comme il le précise dans son communiqué. « Vivendi, qui détient déjà Gameloft, leader mondial des jeux pour mobile, confirme son intention de renforcer sa présence dans le secteur particulièrement dynamique des jeux vidéo qui constitue une des pierres angulaires du développement du groupe ». Il n’y a pas plus de précisions sur la façon donc Vivendi compte y parvenir.

Tencent va « publier et promouvoir plusieurs des titres les plus réussis d’Ubisoft »

De son côté, Ubisoft a publié un communiqué avec Tencent, pour en dire davantage sur leur partenariat. « Ubisoft et Tencent ont annoncé un accord stratégique dans le cadre duquel Tencent va exploiter, publier et promouvoir plusieurs des titres les plus réussis d’Ubisoft sur PC et mobile sur le marché chinois », peut-on lire. « Les opportunités pour les marques de jeux occidentales en Chine sont immenses, avec plus de 500 millions de joueurs dans le pays », poursuit le communiqué. «Tencent gère la plus grande communauté de jeux en ligne en Chine et l’un des réseaux sociaux les plus importants et les plus actifs au monde. Cet accord devrait nous aider à accroître considérablement notre visibilité et notre engagement en Chine», déclare Yves Guillemot, co-fondateur et PDG d’Ubisoft. L’entreprise poursuit donc sereinement son développement.

 

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRHMerci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction.frenchweb@decode.media
Ubisoft se délivre de Vivendi et s’allie avec Tencent
Protection des données: pourquoi 3DS Outscale (Dassault Systèmes) mise sur le cloud souverain
L’Equateur ouvre une enquête après la publication de données de tous les habitants
La startup de reconditionnement de smartphones Remade en difficulté financière
french tech
Qui sont les 40 startups du Next40 ?
[Webinar] Comment attirer plus de consommateurs en magasins grâce au Reputation Management
Macron débloque 5 milliards d’euros pour doper le financement des startups
Copy link