ActualitéManagementStartup

[Urban Linker] L’émergence d’un nouveau modèle RH pour les startups

"La réussite RH en start-up", c’était le thème d’une conférence organisée par le cabinet RH Urban Linker dans son atelier. L’occasion était de présenter l’émergence d’un nouveau modèle RH, originaire des Etats-Unis. En partie initiée par Tony Hsieh, le fondateur de Zappos.com, leader de la chaussure, cette nouvelle approche qui repose sur une ouverture d’esprit et une prise en compte essentielle de l’humain, a accompagné le succès de Zappos, revendue 1,2 milliards à Amazon.

Jonathan Azoulay, le fondateur d’Urban Linker, a commenté dans le détail cette nouvelle approche RH. Il a notamment orienté la conférence sur le recrutement au coeur du processus RH et l’intégration et la fidélisation de l’équipe par la construction d’une politique RH.

A ses côtés, Céline Lazorthes (Leetchi) et Tatiana Jama (Living Social) ont pu témoigner de leurs méthodes, et commenté les problématiques liées au développement très rapide de leurs startups devenues de véritables marques.

L’intervention s’est déroulée devant une assemblée de près de 100 personnes : entrepreneurs, dirigeants et, personnel RH représentant notamment AirBnB, Dailymotion et Price Minister.

Urban Linker accompagne les startups dans leurs recrutements et leur politique RH depuis 2009. Le cabinet, spécialiste des métiers de l’internet, compte aujourd’hui 10 des 20 plus grands sites web français parmi son portefeuille clients.

[Publirédactionnel]
Tags

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Urban Linker] L’émergence d’un nouveau modèle RH pour les startups
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link