ActualitéRetail & eCommerce

Les ventes privées de BrandAlley N°1 en Grande-Bretagne

Six ans après sa création, BrandAlley, se place en deuxième place des sites de ventes privées en France, il est N°1 en Grande-Bretagne.

Positionné comme une véritable marketplace de marques de prêt-à-porter, BrandAlley propose des ventes privées mixant les anciennes et les nouvelles collections, ces dernières représentant près de 30% du CA de la société. BrandAlley a innové dans sa logistique à Paris, avec un système de robot automatisé, qui permet de traiter plus de 20 000 colis par jour. BrandAlley poursuit son développement en Europe, et se démarque nettement en Grande-Bretagne considéré comme le bon élève du groupe.

Entretien avec Sven Lung, fondateur et P.d.g de BrandAlley

 

BrandAlley figure dans le top 15 des sites de e-commerce les plus visités en France, avec 6 M de membres, et a réalisé un CA de 100 M d’euros en 2010, qui devrait frôler les 150 millions d’euros en 2011. Sa stratégie s’appuie aujourd’hui sur le bon exemple de sa vitrine en Grande-Bretagne, et sur un investissement important dans sa logistique, avec un entrepôt de 27000 m2 en région parisienne.

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

3 commentaires

  1. La force de Brandalley a été de savoir s’imposer là ou ses principaux concurrents (vente-privee.com et showroomprive.com) n’ont pas réussi. En effet les résultats de ces deux derniers sur le Royaume Uni n’ont rien d’exceptionnel.
    D’ailleurs, afin de ne pas renouveler l’expérience du UK aux US, vente-privee.com s’est associé à American Express pour se lancer aux US. L’ouverture y est prévue dans quelques jours

Bouton retour en haut de la page
Les ventes privées de BrandAlley N°1 en Grande-Bretagne
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer