ActualitéTech

VoIP: Viber passe le cap des 175 millions d’utilisateurs

Toujours dans le cadre du Mobile World Congress, le concurrent de Skype, Viber, a revendiqué avoir passé la barre des 175M d’utilisateurs.

viber

Le service en revendiquait 140M en décembre dernier, 100M en septembre, 70M en mai et 50M en février 2012. Dernièrement, Viber affirmait enregistrer un rythme de 400 000 nouveaux adeptes chaque jour.

L’application Viber est actuellement disponible sur iOS, Android, Blackberry, Windows Phone et Symbian.

Parmi ses concurrents: l’application Line, populaire au Japon, revendique 100M d’utilisateurs. Plus populaire en Europe, l’application Whatsapp compterait, pour sa part, près de 250M d’utilisateurs. Enfin, Skype recenserait 800M d’inscrits, dont 280M d’utilisateurs uniques chaque mois.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Hi,
    This is a member of the Viber Team.
    Thanks for writing about Viber. :)

    We’re here to answer your questions, so please feel free to ask. :)
    Thanks,
    Viber Team
    ===================
    Salut,
    C’est un membre de l’équipe Viber.
    Merci d’écrire à propos de Viber. :)

    Nous sommes là pour répondre à vos questions, alors s’il vous plaît n’hésitez pas à demander. :)
    Merci,
    Viber équipe

  2. sinon, une alternative pour des appels
    vraiment pas chers, et des appels sur internet gratuits moi j’utilise
    Smartgroschen, je suis pas déçu.

Bouton retour en haut de la page
VoIP: Viber passe le cap des 175 millions d’utilisateurs
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
[DECODE Quantum] À la rencontre de Frédéric Grosshans, co-directeur du Quantum Information Center Sorbonne
RH: Next Station lève 1,5 million d’euros pour favoriser le recrutement à l’étranger
Pixel 6: Google va-t-il enfin percer sur le marché des smartphones?
WeWork: deux ans après son échec retentissant en Bourse, le géant des bureaux partagés revient à Wall Street